in

Un « nez » électronique boosté à l’IA pour détecter une forme de cancer de l’œsophage

Crédits : kreatikar / Pixabay

Des chercheurs néerlandais ont mis au point un dispositif électronique sensible à l’haleine des personnes. Intégrant une intelligence artificielle (IA), celui-ci pourrait à l’avenir représenter une nouvelle manière de dépister le cancer de l’œsophage en détectant ses symptômes.

Détecter l’adénocarcinome de l’œsophage

Dans une publication dans la revue BMJ ce 25 février 2020, des experts néerlandais en gastro-entérologie et en hépatologie ont présenté les résultats de leur dernière étude. Celle-ci concernait le test d’un petit appareil assez simple, un « nez » électronique destiné à détecter le cancer de l’œsophage.

Rappelons que ce type de cancer ne présente pas toujours de symptômes. Toutefois, certains patients peuvent être assujettis à des reflux acides sur le long terme. Les experts évoquent notamment l’œsophage de Barrett, une affection apparaissant en cas de reflux gastro-oesophagien et concernant les cellules présentes dans le tube alimentaire. Celles-ci peuvent changer et entamer un développement anormal.

Dans 5 à 10 % des cas, contracter cette maladie génère un type particulier de cancer de l’œsophage. Il s’agit de l’adénocarcinome de l’œsophage, touchant les cellules glandulaires du bas de l’œsophage à la jonction avec l’estomac.

adénocarcinome de l’œsophage
Stade zéro de l’adénocarcinome de l’œsophage.
Crédits : NCI Visuals Online / National Cancer Institute

Une méthode non-invasive

Détecter cette maladie est plutôt fastidieux puisqu’il est question de pratiquer une endoscopie. Si cette technique est onéreuse, celle-ci est également très invasive car il s’agit d’introduire dans l’œsophage un tuyau équipé d’une caméra. Or, notre haleine contient des molécules pouvant représenter un marqueur révélant potentiellement la présence d’une maladie.

Les chercheurs néerlandais ont donc élaboré ce nez électronique afin de repérer les patients atteints d’œsophage de Barrett de manière non-invasive. En effet, il s’agit simplement d’analyser leur haleine à l’aide d’une IA. Cette dernière a été entraînée sur les échantillons de 90 % des patients puis a appliqué sa méthode sur les 10 % restants. Dans le cadre de l’étude, pas moins de 402 patients ont été testés. Selon les résultats, 129 avaient l’œsophage de Barrett, 141 avaient des reflux gastro-œsophagiens et 132 n’avaient aucun problème.

Selon les porteurs du projet, ce dispositif pourrait à terme soutenir le dépistage du cancer de l’œsophage en testant les personnes à risque. De plus, davantage de personnes pourraient se porter volontaires plus facilement, attirées par la perspective d’une méthode non-invasive.

Source

Articles liés :

Un nouveau test permet une détection beaucoup plus précoce du cancer de l’ovaire

Des chiens entraînés à détecter le cancer avec une précision incroyable !

Pourquoi les taux de cancer sont-ils plus élevés chez les personnels d’aviation ?