in

Un mystère de 400 ans résolu : pourquoi l’or fulminant explose en un nuage violet

Crédits :Jag_cz / iStock

Le monde de la chimie et de l’alchimie est rempli de mystères qui ont longtemps déconcerté scientifiques et amateurs. Parmi ces énigmes, le phénomène de l’or fulminant (premier explosif puissant connu au monde) produisant une fumée violette lors de sa détonation. Récemment, une équipe de scientifiques de l’Université de Bristol, dirigée par le professeur Simon Hall, a résolu ce mystère vieux de 400 ans, mettant en lumière un aspect fascinant de l’histoire chimique et de la nanotechnologie.

Contexte historique

L’or fulminant, découvert au 16e siècle par les alchimistes, est un mélange de divers composés, l’ammoniac étant un ingrédient clé contribuant à sa nature explosive. Cette substance a attiré l’attention de chimistes notables tels que Robert Hooke et Antoine Lavoisier aux 17e et 18e siècles, en particulier en raison de la fumée pourpre mystérieusement libérée lors de sa détonation. Malgré les avancées en chimie, la cause de cette coloration unique est restée une question sans réponse jusqu’à présent.

L’expérience et la découverte

« J’ai été ravi que notre équipe ait pu contribuer à répondre à cette question et à approfondir notre compréhension de ce matériau. Notre expérience consistait à créer de l’or fulminant, puis à faire exploser des échantillons de 5 mg sur une feuille d’aluminium en la chauffant. Nous avons capturé la fumée à l’aide de mailles de cuivre, puis analysé l’échantillon de fumée au microscope électronique à transmission », a expliqué le professeur Hall.

Ce processus méticuleux a conduit à une découverte révolutionnaire : la présence de nanoparticules d’or sphériques dans la fumée, confirmant les soupçons de longue date sur le rôle de l’or dans ce phénomène.

image en microscopie électronique à transmission d’un amas de nanoparticules d’or capturées à partir d’or fulminant détoné.
Crédits : Jan Maurycy Uszko et al, Arxiv 2023

Cette découverte ne se limite pas à résoudre un mystère ancien ; elle ouvre la voie à de nouvelles explorations sur la nature des nuages produits par d’autres fulminates métalliques tels que le platine, l’argent, le plomb et le mercure. Ces recherches ont des implications potentielles dans divers domaines, y compris la synthèse de nanoparticules métalliques, cruciales en médecine, bioingénierie et nanotechnologie.

L’étude des nanoparticules, en particulier celles de métaux précieux comme l’or, est devenue un pilier de la recherche scientifique moderne. Ces particules, souvent mesurées en nanomètres, présentent des propriétés uniques les rendant précieuses dans des applications diverses, allant des traitements médicaux aux dispositifs électroniques. La capacité à comprendre et à manipuler ces particules peut conduire à des avancées significatives dans la technologie et les soins de santé.

Le travail du professeur Hall et de son équipe témoigne de la curiosité et de la persistance inhérentes à la recherche scientifique. Il relie la pratique ancienne de l’alchimie aux méthodes scientifiques contemporaines, montrant comment les mystères du passé peuvent informer et améliorer la technologie du futur. Alors que nous continuons à explorer le monde microscopique, nous pourrions découvrir que les solutions à certains de nos plus grands défis se trouvent dans les plus petites particules.