in

Un “jardin de coraux mous” découvert dans les eaux du Groenland

Crédits: ZSL / GINR

Un vaste tapis de coraux mous a récemment été découvert dans les eaux profondes du Groenland. Les chercheurs demandent à ce que cet habitat pour le moment intact soit rapidement protégé.

Sur le fond marin, à l’ouest du Groenland, évolue un vaste écosystème constitué de coraux mous. Le tapis, retrouvé à environ 500 mètres de profondeur, s’étend sur environ 480 km2 et évolue à des pressions 50 fois supérieures à celles du niveau de la mer. Il s’agit du premier habitat de ce type identifié dans ces eaux sombres et glacées.

Opération bricolage

Explorer une zone aussi inhospitalière (pour l’Homme tout au moins) nécessite habituellement des véhicules télécommandés ou habités très coûteux.

Dans le cadre de cette recherche à “petit budget”, une équipe du Greenland Institute of Natural Resources a développé un châssis en acier (une sorte de petit traîneau) équipé d’une caméra vidéo GoPro, de quelques torches et de lasers, le tout imbriqué dans des boîtiers spéciaux résistants aux hautes pressions.

Après avoir identifié la zone recouverte de coraux, l’équipe a plongé le “traîneau vidéo” sur le fond marin en divers points pendant environ 15 minutes à chaque fois, le temps de filmer les zones explorées.

Au final, 1 239 images fixes tirées de ces vidéos ont été extraites pour une analyse plus approfondie. Ces dernières ont permis d’estimer la taille de l’écosystème, ainsi que les différentes espèces qui le fréquentent. Parmi elles figurent notamment des anémones (environ un tiers des effectifs), des éponges, des hydrozoaires et des bryozoaires.

La mer profonde est souvent négligée en matière d’exploration. En fait, nous avons de meilleures cartes de la surface de Mars que nous faisons de la mer profonde, rappelle Stephen Long, principal auteur de l’étude. Le développement d’un outil à faible coût pouvant résister à cet environnement ouvre de nouvelles possibilités pour notre compréhension et notre gestion des écosystèmes marins“.

Leur “traîneau vidéo bricolé”, comme le nomme le chercheur, leur a tout de même permis d’atteindre une profondeur impressionnante de 1 500 mètres, suscitant ainsi l’intérêt de nombreux scientifiques dans le monde.

coraux
Le fameux ‘traîneau vidéo” bricolé par les chercheurs. Crédits : Stephen Long

Un écosystème à protéger

Les biologistes de l’University College de Londres et de l’Institut zoologique de Londres, qui ont participé aux recherches, demandent également à ce que ce “nouveau jardin” soit directement classé comme “écosystème marin vulnérable” selon les directives de l’ONU, afin de garantir sa protection. En effet, si ce vaste écosystème apparaît aujourd’hui intact, il se positionne très près d’une importante zone de chalutage. Son étude aura donc des implications économiques directes pour la gestion des pêcheries en eau profonde de la région.

Source : Frontiers in Marine Science