in

Un instrument babylonien a permis de déterminer le Nord géographique de Mars

Crédits : NASA / JPL-Caltech / ASU

Le gnomon est un bout de bois rudimentaire planté dans la terre, très utilisé durant l’Antiquité à Babylone. L‘idée a été récupérée afin de déterminer le Nord géographique de la planète Mars dans le cadre de la mission InSight de la NASA.

Un genre de gnomon dans la sonde InSight

Il y a plus de 4 000 ans, les Babyloniens plantaient un bâton à la verticale sur un sol horizontal. Ils observaient ensuite son ombre afin de déterminer l’heure, les saisons, mais également les coordonnées géographiques de différents lieux. Cet instrument d’apparence très basique a en effet pourtant permis de déterminer les premières constantes de l’astronomie.

Or, lors des préparatifs de la mission InSight (NASA), les ingénieurs ont réfléchi à deux solutions pour déterminer le Nord géographique de la planète rouge. Comme l’explique l’Observatoire de Paris dans une publication du 19 avril 2021, la première consistait à utiliser le gyroscope de la sonde. La seconde (celle ayant été choisie) proposait le recours à la projection d’une ombre pour déduire où se situait le Nord géographique. Par ailleurs, les experts souhaitaient une précision si possible inférieure à 5°.

Un résultat excellent compte tenu de la difficulté

La sonde InSight n’a pas embarqué de véritable gnomon, mais le principe reste le même. Une caméra placée au bout d’un bras articulé a permis d’observer l’ombre projetée par le crochet de préhension du sismomètre de la sonde (SEIS) sur une mire graduée. Grâce a cette méthode, la précision pour établir le Nord géographique de Mars fut de seulement +/- 3°, ce qui correspondait parfaitement au souhait de la NASA.

gnomon insight sonde mars 2
Crédits : Observatoire de Paris

Il s’agit d’un excellent résultat dans la mesure où estimer exactement la position de l’ombre est une entreprise peu aisée.

Début avril 2021, l’atterrisseur InSight de la NASA a détecté deux nouveaux “tremblements de Mars” de magnitude 3,1 et 3,5. Des opérations sont également en cours pour tenter d’enterrer le câble reliant le sismomètre à son atterrisseur pour le protéger des intempéries. Rappelons également que l’objectif scientifique principal de la mission est d’avoir une meilleure connaissance de la structure interne de Mars. Le but est de mieux comprendre ses caractéristiques jusqu’à aujourd’hui méconnues et tenter de reconstituer son histoire.