in

Un ingénieur a créé un abri qui utilise la reconnaissance faciale pour offrir un refuge aux chats errants

Capture vidéo youtube

En chine, les chats errants ne vivent pas très longtemps. Un ingénieur informatique a décidé de leur venir en aide. Il propose désormais un abri équipé d’un système de reconnaissance faciale permettant à l’abri de ne s’ouvrir que lorsqu’il détecte des chats.

La Chine compte près de 53 millions de chats, la plupart errants. Problème : de nombreux accidents liés à la population de félins sont recensés. Par ailleurs, le gouvernement chinois estime que les chats sont responsables de la transmission de nombreuses de maladies. Sans compter les hivers, parfois très rudes. C’est pourquoi les chats errants ne vivent généralement pas très longtemps dans ce pays. Wan Xi, ingénieur informatique à Baidu, le plus important moteur de recherche chinois, est un amoureux des chats. Et forcément pour lui, c’est un crève-cœur. Il s’est donc appuyé sur ses compétences pour les aider à sa manière.

Reconnaissance faciale

Wan Xi a conçu un abri entièrement aménagé pour permettre aux chats errants de s’abriter pendant l’hiver (à Pékin les températures peuvent en effet descendre jusqu’à -9 degrés Celsius). Ce n’est en revanche pas un abri comme les autres. Celui-ci est en effet équipé d’un système de reconnaissance faciale qui n’autorise les portes à s’ouvrir que lorsqu’il détecte des visages de chats. Le système d’IA est apparemment capable de reconnaître 174 types de chats différents.

chat abri
Un abri qui utilise la reconnaissance faciale permet désormais d’accueillir les chats errants à Pékin durant l’hiver. Crédits : Wan Xi

Les caméras sont par ailleurs équipées de la vision nocturne. Parce que c’est bien connu, les chats vivent surtout la nuit ! Une fois entré, la porte se fermera derrière le félin pour empêcher d’autres créatures d’entrer. À l’intérieur il fait environ 27 degrés Celsius, de quoi les maintenir au chaud durant les nuits les plus fraiches. Des caméras sont également installées et surveillées pour parer à tout problème éventuel.

En balayant le visage de chaque chat, les caméras semblent apparemment aussi capables de vérifier si un animal est porteur ou non d’une maladie (stomatite, maladies de la peau et blessures externes). L’IA tentera également de vérifier si l’animal est stérilisé en essayant de repérer une petite entaille à chaque oreille gauche (le signe universel d’un chat stérilisé). Si un animal est malade ou non castré, une requête est alors directement envoyée à un groupe de volontaires situé à proximité de l’abri qui viendra évaluer la situation sur place.

Source

Articles liés :

Le caca des chats est-il un problème pour les bélugas ?

En Australie, les chats utilisent le feu pour chasser leurs proies

Les chats sauvages australiens tuent un million de reptiles par jour