in ,

Un immeuble de 4 étages a été imprimé en 3D

Crédits : Capture vidéo

Une société chinoise spécialisée dans l’impression 3D a réalisé une grande première : l’impression d’un immeuble de 4 étages. Il s’agit du plus haut bâtiment au monde obtenu par ce type de procédé.

L’entreprise de construction WinSun Decoration Design Engineering n’en est pas à son coup d’essai. Dès le 29 mars 2014, les ingénieurs chinois ont produit une dizaine de maisons de 200 m2 en une seule journée chacune tandis que ce 18 janvier 2015, une villa imprimée de 1100 m2 a vu le jour ainsi que l’immeuble imprimé le plus haut du monde. Le parc industriel de la ville de Suzhou est le terrain de jeu de l’entreprise originaire de Shanghai, implantée depuis 12 ans dans la province du Jiangsu, dans l’est de la Chine.

Winsun est l’entreprise chinoise ayant directement appliqué l’impression 3D à la construction. La société détentrice de 98 brevets a mis au point un matériau entrant dans les normes anti-sismiques, principalement composé de déchets de construction et de mine, mélangés à du ciment et de la fibre de verre. Winsun se sert d’une « imprimante » de sa propre conception, dont les dimensions sont 6,6 m de haut et 10 m de large, pour 150 m de long.

Selon la société WinSun, cette technique de construction autorise une baisse des coûts de production de 50 à 70 %, et ainsi faire baisser la main d’œuvre de 50 à 80 %. Un détail intéressant : ce procédé permettrait de recycler 30 à 60 % des déchets issus de l’industrie de la construction. Daily Mail du 19 janvier 2015.

Malgré les coûts élevés en CO² pour produire ce type de bâtiment, l’entreprise indique, en plus d’un gain de temps considérable, pouvoir limiter diverses nuisances telles que le bruit, la poussière, ainsi que les accidents. Concernant la solidité des murs, les couches d’impression sont renforcées avec des barres d’acier, reste à savoir ce que peuvent donner les effets du temps.

Winsun voit grand et désire s’implanter dans une vingtaine de pays où la construction connait un essor tels que l’Arabie Saoudite, les États-Unis, les Émirats arabes unis, le Qatar, le Maroc, ou encore la Tunisie. Cette entreprise chinoise s’attaquera à des projets plus grands (ponts, gratte-ciels), mais voudrait être également active dans des zones déclarées sinistrées ou dans des pays en voie de développement. Ainsi, Winsun tente de mettre au point actuellement un matériau de construction économique composé de sable, dans le but d’imaginer des maisons imprimables en 3D pour les populations d’Afrique et du Moyen-Orient à faibles revenus.

La Chine poserait-elle les bases d’une nouvelle norme dans la construction ? L’impression 3D pourrait-elle signifier la disparition totale à moyen terme de l’industrie telle que nous la connaissons aujourd’hui ? Affaire à suivre.

Sources : Le MoniteurMr Mondialisation20 MinutesDaily MailWe Demain