in ,

Un homme va vivre un an dans une capsule, sur un iceberg

Crédits : robynm / Pixabay

Afin de sensibiliser et faire prendre conscience du réchauffement climatique et de la fonte rapide des glaces, Alex Bellini, un italien de 36 ans s’apprête à vivre pendant un an dans une capsule de survie qu’il installera sur un iceberg à la dérive. 

Conférencier, coach mental, écrivain, marathonien, Alex Bellini se définit comme un aventurier solitaire. Sa préoccupation majeure ? « La protection de l’environnement et la responsabilisation face à la détérioration de notre planète », comme il le commente dans la vidéo de présentation de son projet.

Ce projet s’intitule Adrift 2015, une campagne destinée à alerter la population sur l’accélération de la fonte des glaces et pour faire prendre conscience que le réchauffement climatique est bien réel. Dans quelques semaines, il rejoindra le Groenland et choisira un iceberg sur lequel il vivra pendant un an.

C’est une capsule de survie qui lui servira d’habitat, depuis laquelle il observera son iceberg fondre, jusqu’à sa disparition. Une mission de sensibilisation qui a aussi un but scientifique. « Mon objectif est de rapporter et d’enquêter, grâce à des méthodes scientifiques, sur la vie entière d’un iceberg. Je veux prouver comment le rythme de la fonte des glaces s’est dramatiquement accéléré durant les dernières décennies », explique-t’-il. Scientifique, mais aussi symbolique : « L’aventure d’un homme à la dérive sur un iceberg représentera la condition de l’humanité entière, à la dérive sur une planète en danger ».

Sa capsule, une « boule aéronautique », a été conçue par l’ingénieur Julian Sharpe avant tout comme un moyen de sauvetage ultra-résistant. Une éolienne et des panneaux solaires alimenteront ses équipements techniques, comme une connexion WiFi qui lui permettra de communiquer.

Une fois son iceberg fondu, il partira à la dérive jusqu’à ce qu’une âme charitable vienne mettre fin à l’expérience. « Quand l’iceberg sera trop petit et faible pour me supporter, ou simplement que le risque sera trop grand, j’utiliserai mon refuge comme radeau de survie sur lequel je dériverai jusqu’à ce que quelqu’un me récupère », conclut-il.

https://www.youtube.com/watch?v=uLu_S77YVlQ

Source : motherboard

– Crédits photo : Julian Sharpe/Survival Capsules