in

Un glacier du Mont Blanc révèle une pollution aux métaux datant de l’époque romaine

Crédits : Wikipédia

Une équipe scientifique internationale a examiné les couches profondes d’un glacier du Mont Blanc. Les résultats ont révélé une pollution atmosphérique aux métaux toxiques datant de l’Antiquité, plus précisément de l’époque romaine !

Une pollution antérieure à l’ère industrielle

Une étude publiée dans la revue Geophysical Research Letters le 7 mai 2019 a révélé des traces de pollution atmosphérique sur le mont Blanc. Ces recherches pilotées par l’Institut des géosciences de l’environnement (IGE) de Grenoble ont permis d’observer une concentration élevée en métaux toxiques dans le glacier du col du Dôme. Or, cette pollution atmosphérique remonte à l’Antiquité romaine !

Les chercheurs ont découvert de forts taux de plomb ainsi que d’antimoine – un autre métal lourd bien moins connu. Considéré comme étant un élément chimique durcissant, l’antimoine est capable de former très facilement des alliages, notamment avec le plomb. Il faut savoir que la datation au carbone 14 a été utilisée pour déterminer l’âge exact des couches de glace analysées.

Des taux très élevés de plomb et d’antimoine observés dans un glacier du mont Blanc !
Crédits : IGE/ Geophysical Research Letters

Deux périodes de prospérité romaines

Or, deux maximum relatifs aux émissions ont été relevés, correspondant à deux périodes prospères chez les Romains. Ces maximums se situent entre 350 et 100 ans avant J.-C., durant la République, et de 0 à 200 ans après J.-C. pendant l’Empire. Par ailleurs, ces résultats n’indiquent rien de nouveau en soi, mais viennent confirmer des analyses antérieures. Ces dernières issues d’archives continentales concernent les couches profondes des tourbières.

« Les Romains extrayaient le minerai de plomb argentifère pour produire le plomb nécessaire à la fabrication des conduites d’eau, et l’argent pour la monnaie », révèle l’étude.

Ainsi, il existait donc bien une activité minière chez les Romains, et donc à l’échelle européenne. Or, il faut savoir que l’opération de séparation plomb-argent est faite via une fusion de minerai porté à 1 200 °C. Cela génère alors des émissions de plomb dans l’atmosphère. Enfin, évoquons le fait que cette étude a permis pour la toute première fois d’analyser la pollution durant l’Antiquité à partir de glace des Alpes !

Les Romains refont surface de temps à autre dans l’actualité. En 2018, une ancienne bibliothèque romaine a été découverte sous la ville allemande de Cologne. En 2016, des monnaies antiques de l’Empire romain datées de 300 à 400 de notre ère ont été retrouvées dans les ruines d’un château au Japon.

Sources : France InfoPlace Gre’Net

Articles liés :

La montée et la chute de l’Empire romain sont gravées dans la glace du Groenland

Réalité virtuelle : découvrez la Rome antique comme vous ne l’avez jamais vue !

Et si l’Amérique avait été découverte par les Romains ?