in

Un géoglyphe de chat découvert dans le désert de Nazca !

Crédits : capture YouTube / Euronews

Au Pérou dans le désert de Nazca, des archéologues ont mis à jour un géoglyphe vieux de deux millénaires. Celui-ci – en forme de chat était sur le point de disparaître. Néanmoins, un survol de la zone a permis de repérer la formation.

Un chat aux oreilles pointues

Les lignes de Nazca (ou géoglyphes de Nazca) au Pérou font partie du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1994. En 2018, nous évoquions la découverte de 25 autres grandes figures, venant s’ajouter à celles découvertes depuis 1927. Comme l’explique Euronews dans un article du 19 octobre 2020, des archéologues ont découvert un nouveau géoglyphe. Il s’agit d’un chat aux oreilles pointues mesurant environ 37 mètres de long.

Selon le ministère de la Culture péruvien, la silhouette de ce chat était à peine visible. En raison de sa présence sur une pente assez raide, la formation était sur le point de disparaître. Cependant, les archéologues ont nettoyé et redessiné les contours du géoglyphe dont les lignes mesurent entre 30 et 40 cm de large.

géoglyphe chat nazca 2
Crédits : capture YouTube / Euronews

Le mystère reste entier

Le nouveau géoglyphe de chat date de la fin de la période Paracas. il s’agit d’une ancienne civilisation pré-inca ayant vécu vers -800 avant J.-C. Rappelons que les géoglyphes de Nazca représentent principalement des animaux et des plantes. Concernant le nouveau géoglyphe de chat, le ministère de la Culture péruvien explique que les représentations de félins de ce type sont fréquentes dans l’iconographie de la société Paracas. De nombreuses céramiques et autres textiles arboraient effectivement des félins.

Il faut savoir que les lignes de Nazca – couvrant une superficie de 750 km² – sont l’une des principales attractions touristiques du Pérou. Le site fermé depuis plusieurs mois en raison de l’actuelle pandémie de Covid-19 ré-ouvrira au public le 10 novembre 2020. Rappelons au passage que les plus populaire des géoglyphes sont un singe de 135 mètres de long dont la queue est en spirale, une araignée de 46 mètres et un colibri de 66 mètres d’envergure.

Enfin, évoquons le fait que les géoglyphes des Paracas sont différents de ceux du peuple Nazca ayant vécu entre 500 av. J.-C. et l’an 200 de notre ère. Or, les chercheurs n’ont toujours pas identifié la raison de cette différence de style. De toute manière, ce genre de formations visibles depuis l’Espace reste un véritable mystère. Le fait est que l’absence de données objectives a laissé libre cours à des théories pseudoarchéologiques plutôt hasardeuses. Une de ces théories relève même de celle des anciens astronautes. Cette théorie ufologique soutient que les lignes de Nazca sont des pistes d’atterrissage pour des vaisseaux spatiaux extraterrestres ou encore un message de la population locale à leur attention.