in ,

Un étrange fossile montre comment la vie a évolué suite à une extinction de masse

Crédits : Motani et al. / PLOS One

Le fossile d’un étrange reptile marin a été découvert en Chine, et révèle comment la vie a rebondi après l’extinction Permien-Trias qui a eu lieu il y a 252 millions d’années.

Le reptile marin dont le fossile a été exhumé à Hubei en 2011 appartient au groupe Hupehsuchia, dont le nom est formé par « Hupeh », une orthographe alternative de Hubei, et Suchia, d’après le nom grec de Sobek, le dieu crocodile égyptien. Ces prédateurs, qui pouvaient atteindre deux mètres de long étaient équipés d’un bec de canard, un corps robuste protégé par des plaques osseuses et des membres en forme de pagaie, qui leur permettaient de nager.

L’animal découvert à Hubei est à ce jour le plus petit de son type, avec une longueur de seulement 40 centimètres. Il perdu le bout de sa pagaie avant gauche avant d’être enterré, probablement à cause d’une attaque de prédateur. Ce spécimen appartient à une espèce qui était jusque là inconnue, et qui a été baptisée Eohupehsuchus brevicollis. « Brevicollis » signifie « courte nuque ». Celle de ce nouvel animal ne comporte en effet que 6 vertèbres, contre 10 chez les autres membres du groupe Hupehsuchia.

Ce faible nombre de vertèbres est caractéristique des anciens reptiles, qui ont depuis évolué des nuques mieux articulées, qui donne une plus grande liberté de mouvement, et constitue un avantage évolutif en permettent une agilité supérieure, et un plus grand succès de capture de proies.

L’extinction Permien-Trias est la plus meurtrière de l’histoire, avec la disparition de 95 % des espèces vivantes. Le fossile découvert à Hubei date de 4 millions d’années « seulement » après cet évènement catastrophique, et indique un monde vivant plus diversifié que ce les paléontologues croyaient jusqu’à présent.

Publication originale dans PLOS One

– Illustration : Motani et al.