in

Un étonnant ptérosaure découvert en Allemagne

ptérosaure Balaenognathus maeuseri
Crédit : Megan Jacobs

Une équipe de paléontologues annonce avoir identifié un ptérosaure à la dentition inhabituelle. Le reptile volant utilisait plus de 400 petites dents crochues pour piéger ses proies à l’intérieur de sa gueule à la manière des baleines à fanon et autres échassiers. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Paläontologische Zeitschrift.

Les calcaires laminés du Jurassique supérieur du Jura franconien en Bavière, dans le sud de l’Allemagne, sont réputés depuis longtemps pour l’abondance, la diversité et la qualité exceptionnelle de conservation de leurs fossiles de ptérosaures. Des centaines de restes de ces reptiles volants ont en effet été découverts dans la région depuis la description du premier ptérosaure au 18e siècle. En revanche, l’un d’eux se démarque des autres.

Le reptile, déterré accidentellement dans une carrière de calcaire bavaroise alors que les scientifiques creusaient un gros bloc de calcaire contenant des os de crocodile, intégrait la famille des ptérosaures Ctenochasmatidae. Il vient d’être nommé Balaenognathus maeuseri, ce qui pourrait se traduire approximativement par « gueule de baleine ».

Un animal filtreur

Et pour cause, d’après les récentes analyses de son squelette, les mâchoires de ce ptérosaure, qui se terminaient en forme de spatule, étaient visiblement très longues et garnies de petites dents fines et crochues, chacune espacée de quelques millimètres.

L’équipe de paléontologues, dirigée par le professeur David Martill, de l’Université de Portsmouth, pensent qu’il se nourrissait en pataugeant dans des lagons peu profonds, ramassant de l’eau avec sa « spatule », avant de l’extraire à travers ses dents imbriquées. De cette façon, le ptérosaure filtrait ses proies qu’il avalait ensuite, à l’instar des baleines à fanons, des canards ou encore des flamants roses.

C’est la première fois qu’une telle dentition est observée sur un ptérosaure. « Ce qui est encore plus remarquable, c’est que certaines des dents ont un crochet à l’extrémité, note le paléontologue. Ces petits hameçons auraient été utilisés pour attraper les minuscules crevettes dont le ptérosaure se nourrissait probablement, ​​en s’assurant qu’elles descendaient dans sa gorge et n’étaient pas coincées entre les dents« .

ptérosaure Balaenognathus maeuseri
Le fossile est daté de la période du Jurassique supérieur, il y a environ 163 à 145 millions d’années. Crédit : Université de Portsmouth

Par ailleurs, les mâchoires supérieure et inférieure de cet animal étaient identiques, comme un miroir l’une de l’autre. Là encore, le reptile se différenciait des autres cténochasmatides, qui développaient généralement des dents trapues au niveau de la mâchoire supérieure et des dents plus longues dans la mâchoire inférieure.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.