in ,

Un concept de réalité virtuelle pour traiter l’anxiété sociale

Crédits : capture Vimeo / OxfordVR

Une société britannique est à l’origine d’un nouveau système basé sur la réalité virtuelle. L’objectif ? Permettre aux millions de personnes atteintes de troubles d’anxiété sociale dans le monde de vaincre leurs peurs.

Qu’est ce que l’anxiété sociale ?

Selon la plateforme anxiete.fr, l’anxiété sociale n’est autre que l’ensemble des sentiments d’appréhension, de tension intérieure et de gêne extérieure déclenchés par le regard d’autrui. N’importe quelle situation peut alors déclencher l’anxiété sociale, comme passer une épreuve (diplôme, permis de conduire, etc.) ou encore être le centre de l’attention. La personne a alors l’impression que les autres la scrutent et la jugent, quoi qu’elle fasse. Cette même personne pense qu’elle va entraîner quelque chose de négatif et/ou susciter un jugement sévère et critique.

Autrement dit, l’anxiété sociale peut se révéler très handicapante dans la vie de tous les jours. Il faut savoir que cette maladie touche des millions de personnes à travers le monde. En France, 22,5 % de la population (en 2018) était impactée à différents degrés.

Dans un article publié par Venture Beat le 10 mars 2020, il est question d’un dispositif de réalité virtuelle destiné à traiter l’anxiété sociale. Plusieurs patients l’expérimentent déjà dans plusieurs pays (Royaume-Uni, États-Unis, Chine) durant des séances hebdomadaires d’une demi-heure. Totalement automatisé, le concept VR contient un coach virtuel ayant pour mission de guider les utilisateurs. Ceci permet de gagner du temps et d’insérer facilement ce concept dans un parcours de soins.

VR anxiété 2
Un concept de réalité virtuelle pour vaincre les troubles d’anxiété sociale.
Crédits : capture Vimeo / OxfordVR

Des situations banales pourtant redoutées

Immergés dans un monde virtuel, l’objectif des patients est d’effectuer différentes tâches classiques de la vie quotidienne. Il s’agit par exemple de passer une commande dans un bar, d’entrer dans un magasin ou encore de prendre le bus. Si le commun des mortels pense qu’il s’agit là de situations banales, les personnes atteintes d’anxiété sociale les redoutent.

À l’origine du concept, nous retrouvons Daniel Freeman, professeur de psychologie au département de psychiatrie de l’Université d’Oxford (Royaume-Uni). Celui-ci développe ce programme depuis 20 ans, désormais sous l’égide de la société Oxford VR. Le projet reçoit également le soutien du National Health Service et bénéficie d’ailleurs d’une levée de fond de plus de 10 millions d’euros.

En 2018, nous évoquions un autre concept VR destiné à combattre l’anxiété. Il s’agissait du casque Heal-ium, présenté comme étant capable d’analyser l’activité électrique du cerveau. Ceci est possible via une sorte de serre-tête doté d’un capteur cérébral de type électroencéphalographie (EEG).

Voici la vidéo du projet publié par Oxford VR :