in

Un cimetière géant de mammouths identifié au Mexique

Crédits : Institut national d'anthropologie du Mexique

Des chercheurs annoncent avoir identifié les ossements d’une soixantaine de mammouths sur le chantier d’un aéroport en construction au nord de Mexico.

En novembre dernier, une équipe d’archéologues annonçait la découverte de plus de 800 ossements près de Tultepec, dans le centre du Mexique. Ces derniers provenaient d’au moins quatorze mammouths vieux de 14 000 ans. Deux fosses (1,7 mètre de profondeur et 25 mètres de diamètre) creusées par des Hommes à la même époque avaient également été identifiées, laissant penser qu’elles ont été creusées pour y piéger les gros herbivores.

Ce sont des pièges artificiels. C’est un tournant dans l’histoire du pays, mais aussi dans le monde“, avait déclaré l’archéologue Luis Cordoba Barradas. “Il n’existe aucun piège de ce genre pour mammouths ailleurs sur la planète”. Des “pièges pour mammouths” ont en effet déjà été identifiés en Europe ou en Sibérie, mais tous ont été formés de manière naturelle.

En outre, l’analyse de ces ossements avait également révélé que les Hommes n’attendaient pas patiemment la mort de leurs proies coincées dans les fosses : ils se confrontaient directement aux animaux. “Sur l’un des crânes, vous pouvez voir la marque d’une attaque à la lance. Elle mesure environ quinze centimètres de long. Elle a glissé sur l’os, mais elle ne l’a pas percé“, pouvait-on lire.

Un nouveau cimetière de mammouths

Ceci étant dit, une équipe d’archéologues annonce aujourd’hui la découverte d’autres ossements situés à une dizaine de kilomètres du premier site, sur le chantier de transformation d’un aéroport militaire (base aérienne de Santa Lucia) en aéroport international civil. Une soixantaine de spécimens auraient pour l’heure été identifiés en seulement six mois, mais il pourrait y en avoir beaucoup plus. “Peut-être des centaines“, estiment les chercheurs. Il faudra néanmoins attendre la fin des fouilles en 2022 pour en avoir le cœur net.

Durante los trabajos para construir el nuevo Aeropuerto Internacional "General Felipe Ángeles", en Santa Lucía, Estado…

Publiée par Vagando con Mafedien sur Mercredi 20 mai 2020

L’histoire est en revanche un peu différente ici. À la différence du premier site qui apparaît clairement comme “artificiel”, les mammouths semblent dans ce cas précis s’être retrouvés coincés dans la boue d’un ancien lac peu profond avant de mourir. Les fouilles récentes n’ont encore révélé aucune marque de coupe distincte, ce qui suggère une absence d’intervention humaine avant la mort. Ces os feront néanmoins l’objet d’une étude plus approfondie dans les prochains mois.

En outre, le grand nombre de restes permettra également aux chercheurs d’en apprendre davantage sur le régime alimentaire des mammouths. Il sera également question de savoir si ces derniers souffraient ou non déjà de consanguinité génétique, ce qui aurait pu contribuer – avec la prédation humaine – à leur extinction sur le continent il y a environ 10 000 ans.

Source