in ,

Un chercheur dit avoir trouvé un moyen de prédire l’arrivée du phénomène El Niño

Crédits : NASA

Un chercheur sud-coréen dit avoir trouvé le moyen de prévoir l’apparition du courant El Niño avec une avance de 18 mois ! L’intéressé a utilisé une intelligence artificielle évoluant grâce à l’apprentissage profond.

Le phénomène El Niño ?

El Niño est un terme désignant à l’origine un courant côtier saisonnier chaud vers l’est, au large du Pérou et de l’Équateur mettant fin à la saison de pêche. Aujourd’hui, le terme fait davantage référence à un phénomène climatique particulier, différent du climat habituel. Ce dernier se caractérise par des températures anormalement élevées de l’eau dans la partie est de l’océan Pacifique sud. Or, El Niño incarne une extension vers le sud du courant chaud péruvien et fait partie de l’ensemble El Niño -Southern Oscillation (ENSO). Rappelons que l’oscillation australe n’est autre qu’un cycle de variation de la pression atmosphérique globale entre l’est et l’ouest du Pacifique.

El Niño est un courant chaud apparaissant vers la fin de l’année. Ce dernier est associé à une série d’évènements climatiques impactant la planète, à savoir des inondations, des épisodes de sécheresse ainsi que des ouragans plus violents. Le fait est que ce courant resurgit de manière cyclique tous les deux à sept ans. Toutefois, prévoir son retour plus d’un an à l’avance était jusqu’à aujourd’hui impossible.

Phénomène de décembre 1997, dans un mouvement normal d’ouest en est.
Crédits : REFMAR

Anticiper le phénomène

Selon une publication dans la revue Nature du 18 septembre 2019, il existe désormais un moyen d’effectuer des prévisions plus lointaines. Yoo-Geun Ham de l’Université de Chnonnam (Corée du Sud) a élaboré une méthode de prévision basée sur des algorithmes utilisant des réseaux de neurones artificiels. Il faut savoir que cette intelligence artificielle utilise l’apprentissage profond. En effet, l’IA a été nourrie par des simulations d’épisodes d’El Niño ainsi que des données climatiques concernant l’apparition de ce phénomène entre 1871 et 1973 !

Ainsi, cette nouvelle méthode permettrait de mieux localiser le phénomène El Niño -Southern Oscillation. Pour le chercheur coréen, l’objectif ultime de cette anticipation des conditions climatiques est d’assurer la sécurité alimentaire. En effet, les épisodes de sécheresse ont un impact désastreux sur les récoltes. Ainsi, mieux prévoir l’arrivée du phénomène climatique pourrait permettre à certains états de prendre des précautions en réunissant davantage de réserves en eau.

Articles liés :

Des chercheurs identifient les processus clés pouvant conduire à l’apparition d’un super El-Niño

Oscillations océaniques multi-décennales : quelle influence sur le rythme du réchauffement global ?

Sécheresse et canicules : « Ça devient sacrément préoccupant », estime une hydrologue