in ,

Un bot qui achète de la drogue sur internet, à qui la responsabilité ?

Crédits : iStock

Un programme informatique créé par le collectif d’artistesMediengruppe Bitnik a acheté de la drogue sur Internet. C’est un des premiers cas d’acte illégal commis par un logiciel.

Dans le cadre de l’exposition The Darknet – From Memes to Onionland. An Exploration, les artistes ont programmé un bot pour qu’il achète au hasard des objets sur Internet avec 10 dollars de budget par mois. S’il existait déjà un acheteur compulsif aléatoire sur le web, celui qui a été développé par! Mediengruppe Bitnik est différent.

Le programme Radom Darknet Shoppe explore en effet le web profond, et plus précisément la boutique anonyme Agora. Ces services sont utilisés comme des marchés privés ou les transactions se font en bitcoins, une monnaie décentralisée. Parmi les objets que ce bot a acheté, on peut trouver des cigarettes de contrebande, une casquette avec caméra cachée intégrée, des vêtements et sacs contrefaits, une fausse carte bleue et… 10 pilules d’ecstasy.

Les artistes ont décidé d’exposer les pilules dans leur galerie de Saint-Gall et ne sont pas inquiets quant aux conséquences légales des actions de leur bot. Mais la question de la responsabilité se pose : dans ce genre de cas, qui enfreint la loi? Les artistes ont une réponse : eux. Ils ont déclaré au Guardian assumer l’entière responsabilité de leurs actes et considèrent leur programme informatique comme une extension de leur volonté. Ils considèrent toutefois qu’ils n’ont rien à se reprocher et voient leur installation comme plus importante que les restrictions légales sur la possession de narcotiques.

Il reste à voir si les problèmes légaux et éthiques qui sont posés par cette installation vont un jour se poser dans nos vies quotidiennes.