in ,

Un bébé né à 268 grammes rentre enfin chez lui

bébé
Le petit garçon, à cinq jours, entre les mains de l'un de ses parents. Crédits : Département de pédiatrie de la faculté de médecine de l'Université Keio

En août 2018, un petit bébé garçon né à Tokyo ne pesait que 268 grammes. Après cinq mois de suivi, il est finalement rentré chez lui en bonne santé, a annoncé l’hôpital universitaire Keio, à Tokyo.

Jamais un aussi petit garçon n’avait quitté la maternité sain et sauf, de toute l’histoire. Du moins selon les données disponibles. Le nourrisson, qui avait cessé de grandir dans le ventre de sa mère, fut mis au monde par césarienne à 24 semaines de grossesse. Il ne pesait alors que 268 grammes. Plus petit que les autres à son âge, l’enfant ne pouvait ni respirer ni manger seul. Après plusieurs mois de traitements, le petit garçon a finalement été libéré de l’hôpital et autorisé à rentrer chez lui avec ses parents. Il pesait 3,2 kg le jour de sa sortie (20 février).

Un petit miracle

« Je suis heureuse qu’il ait pris tant de poids, car franchement je n’étais pas sûre qu’il survive », a déclaré sa mère dans un message transmis aux médias. On note par ailleurs, même si c’est accessoire, que ce jeune homme est à ce jour le plus petit bébé de sexe masculin né de l’histoire, à avoir survécu. « Il n’y a que quatre bébés de cette taille [qui ont survécu] dont nous avons connaissance, dans toute l’histoire de l’humanité, a déclaré le docteur Edward Bell, professeur de pédiatrie néonatale au Carver College of Medicine de l’Université de l’Iowa (États-Unis). C’est extrêmement rare. Et pour les garçons, autant que je sache, c’est unique ».

bébé
Le petit garçon, photographié le jour de son retour à la maison. Crédits : Département de pédiatrie de la faculté de médecine de l’Université Keio

Le jeune garçon se classe ici au quatrième rang des plus petits inscrits dans Tiniest Babies Registry, une base de données qui répertorie les plus petits bébés survivants au monde nés depuis 1936. Se classent devant lui un bébé né à Tokyo, un dans l’Illinois et un en Allemagne. Ces trois enfants, toutes des filles, pesaient respectivement 265, 260 et 252 g. Le taux de survie des filles est plus élevé que celui des garçons (environ 75 %), dans la mesure où les garçons se développent généralement plus lentement, de l’utérus jusqu’à l’adolescence.

Qu’il s’agisse des garçons ou des filles, la cause de retard de croissance est la même : le placenta de leur mère ne libère pas correctement l’oxygène et les nutriments dont ils ont besoin pour grandir. Une fois mis au monde, ces enfants doivent donc bénéficier d’une attention médicale particulière durant les premières années de leur existence.

Source

Articles liés :

La pollution chimique impacte le système respiratoire des bébés

Pourquoi les bébés pleurent-ils dans les avions et comment les calmer ?

Les bébés qui entendent deux langues à la maison seraient plus attentifs