in

Un bébé est né avec des anticorps contre la Covid-19

Crédits : PxHere

Une femme originaire de Singapour ayant récemment voyagé en Europe vient de donner naissance à un bébé. Or, ce dernier présente des anticorps contre le coronavirus SARS-CoV-2. Néanmoins, les médecins assurent que ces mêmes anticorps finissent par disparaître avec le temps. Ce cas d’étude pourrait permettre d’affiner les informations disponibles en matière de transmission du virus entre une mère et son enfant.

Un transfert d’anticorps

Céline Ng-Chan est une singapourienne de 31 ans. Comme l’explique le quotidien local The Straits Times dans un article du 29 novembre 2020, l’intéressée a mis au monde un enfant présentant des anticorps contre l’actuel coronavirus. À l’aide de ce cas particulier, les médecins devraient pouvoir en savoir davantage concernant les phénomènes de transmission du virus de la mère à l’enfant.

« Mon pédiatre a dit que les anticorps que j’avais développés contre le Covid-19 ont disparu, mais mon enfant en possède. Mon médecin suppose que je lui ai transféré mes anticorps pendant la grossesse », a notamment déclaré Céline Ng-Chan.

Après un voyage en Europe, la mère a été testée positive au SARS-CoV-2 lors de sa dixième semaine de grossesse. Présentant de légers symptômes fiévreux, celle-ci a séjourné à l’hôpital durant deux semaines et demi. Son mari et son père l’avaient accompagnée durant ce voyage mais ont tout deux échappé à l’infection.

femme enceinte
Crédits : Max Pixel

Une protection éphémère

Rappelons que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ne sait pas vraiment si une femme enceinte atteinte par le coronavirus peut ou non le transmettre à son enfant. Les cas de ce genre se comptent en effet sur les doigts de la main. Il faut aussi savoir que jamais des traces de virus actif n’ont été officiellement retrouvées dans les échantillons de liquide amniotique et de lait maternel. Rappelons également que les femmes enceintes ayant contracté le virus et rétablies depuis, ne sont pas obligées d’effectuer un test dans le cas d’un bébé asymptomatique et en bonne santé.

En juillet 2020, une étude italienne a conclu que les femmes enceintes positives au SARS-CoV-2 pourraient transmettre le virus à leur enfant. Les chercheurs disent avoir retrouvé des anticorps spécifiques dans le placenta, le cordon ombilical ou encore le lait maternel de plusieurs femmes de l’échantillon (sur un total de 31). Néanmoins, il s’agissait là d’une pré-publication dans l’attente de vérification par des pairs.

Enfin, les médecins singapouriens estiment que les anticorps que les nouveaux-nés développent contre le coronavirus ne restent pas indéfiniment. Ces derniers disparaissent en effet au fil du temps, durant un laps de temps encore inconnu.