in

Un astéroïde géant se rapprochera de la Terre le 29 avril prochain

Crédits : CharlVera/Pixabay

L’astéroïde (52768) 1998 OR2 passera nous faire « coucou » de loin le 29 avril prochain, se rapprochant à environ six millions de kilomètres de la Terre.

Découvert en juillet 1998, l’astéroïde (52768) 1998 OR2 est depuis suivi de près par la NASA qui le classe aujourd’hui parmi les objet « potentiellement dangereux » pour la Terre. Qu’on se le dise de suite, cette grosse pierre d’environ 3,5 km de large ne représente aucun danger immédiat pour l’humanité. Fort heureusement d’ailleurs, puisque si c’était le cas, l’astéroïde serait « assez grand pour provoquer des effets globaux », avait déclaré la NASA le lendemain de sa découverte.

Une approche à 6 millions de km

Néanmoins, la surveillance de ce type d’objet reste nécessaire dans le cadre d’exercices de défense planétaire, car leur orbite pourrait évoluer. Et justement, le 29 avril prochain sera une bonne occasion de pouvoir caractériser l’astéroïde. Son orbite le rapprochera en effet à environ 6 millions de kilomètres de la Terre, ce qui est, on se l’accorde, bien au-delà de l’orbite lunaire.

Si vous avez encore la chance de pouvoir être présent, notez que sa visite la plus proche aura lieu le 16 avril 2079. Il viendra alors « effleurer » la Terre à moins d’un million de kilomètres de distance.

Enfin soulignons que, malgré le fait qu’il soit inoffensif, l’astéroïde (52768) 1998 OR2 sera normalement le plus gros objet à survoler la Terre cette année. Mais ce ne sera pas « le plus grand de tous les temps ». En effet, cet honneur appartient pour le moment à l’astéroïde 3122 Florence (1981 ET3) qui, avec ses 4,9 km de diamètre, s’était approché à 7 millions de kilomètres de la Terre en septembre 2017.

astéroïde
La trajectoire empruntée par l’astéroïde 52768 (1998 OR2). Crédits : Base de données JPL Small Body

« Une période passionnante pour la défense planétaire »

Globalement, les orbites empruntées par les astéroïdes connus sont assez bien comprises, notamment grâce aux télescopes Pan-STARRS, ATLAS ou SONEAR. Mais il arrive parfois que certains objets nous prennent par surprise. C’est arrivé en juillet dernier par exemple, avec une roche de 100 mètres de large repérée quelques heures seulement avant qu’elle ne « frôle » la Terre à environ 70 000 km de distance.

C’est pourquoi cette menace « venue du ciel » est aujourd’hui prise très au sérieux par les astronomes. Récemment, L’ESA et la NASA se sont même associées dans le cadre de la mission DART (Double Asteroid Redirection Test) qui visera à faire dévier la trajectoire d’un astéroïde en 2022.

Dès cette année, les chercheurs auront également le soutien de l’Observatoire Vera C. Rubin, qui devrait bientôt être mis en ligne. Cet instrument permettra la découverte de dizaines de milliers de nouveaux astéroïdes, dont certains pourraient constituer une menace pour notre planète.

« C’est une période vraiment passionnante pour la défense planétaire, a déclaré Ed Lu, directeur exécutif de l’Asteroid Institute et ancien astronaute de la NASA. Nous sommes au bord d’un flot absolu de nouvelles observations qui nous permettront de suivre 10 fois plus d’astéroïdes que nous n’en avons jamais vu auparavant« .

Source

Articles liés :

En observant un astéroïde, ils sont tombés sur un trou noir

Ils planchent sur la meilleure façon de dévier un astéroïde dangereux pour la Terre

Le Soleil mourant pulvérisera tous les astéroïdes du Système solaire