in

Un artiste a berné Google Maps en créant un embouteillage virtuel grâce à 99 smartphones

Crédits : Capture d'écran Simon Weckert

En faisant “rouler” plusieurs smartphones dans une petite charrette, un artiste berlinois a réussi à berner Google Maps qui a cru à un embouteillage. Les autres usagers ont été invités à emprunter un itinéraire secondaire.

Les services de cartographie en ligne proposés par Google Maps ont progressé de manière phénoménale. Ils sont désormais interactifs, alimentés en temps réels, et de nombreuses entreprises, telles que airbnb, uber ou autres services de livraison en tout genre en dépendent aujourd’hui complètement pour leurs activités. Avec ses cartes virtuelles, Google Maps a donc finalement réussi à modifier notre manière d’évoluer dans l’environnement urbain, opérant un certain contrôle sur les informations suivies à l’aveugle par le consommateur.

C’est cette relation, quasi dépendante, entre le numérique et le monde réel que l’artiste berlinois Simon Weckert a voulu démontrer.

Embouteillage virtuel

Pour déterminer la densité de circulation dans une rue, Google Maps calcule le nombre d’utilisateurs en voiture présents à tel ou tel endroit, via leur smartphone. Si l’ordinateur enregistre un grand nombre de voitures (de smartphones) circulant dans une même zone, l’application affichera alors la rue concernée en orange ou en rouge. Et si la circulation est vraiment trop dense, alors Google Maps redirige automatiquement les autres usagers de la route évoluant dans la même zone vers d’autres itinéraires.

Ayant conscience de ce principe, un artiste a donc essayé de “berner” l’ordinateur de Google. Pour cette opération, il a “simplement” eu besoin de 99 smartphones – empilés dans une petite charrette – dont le mode navigation avait été activé. Il s’est ensuite baladé tranquillement dans les rues de Berlin.

Très rapidement, le service de cartographie de Google a donc reconnu qu’il y avait effectivement beaucoup trop de monde dans la même zone. La rue est donc apparue en rouge sur les écrans, et comme prévu, il n’a ensuite pas tardé à rediriger les autres usagers sur un itinéraire différent.

Avec cette performance baptisée “Google Maps Hacks”, l’artiste a ainsi réussi à influencer le monde réel en passant par le monde virtuel, qui servait ici d’intermédiaire.

google maps
Crédits : Simon Weckert

Si le but de ce “piratage” était au départ de pointer du doigt notre dépendance vis-à-vis d’un tel service, il a également révélé au passage une faille dans les systèmes de Google Maps. Suite à cette expérience, le géant de la technologie devra donc peut-être ajuster ses paramètres et algorithmes pour s’assurer qu’une telle situation ne se reproduise plus.

Source

Articles liés :

Google Maps couvre désormais la quasi-totalité des lieux habités par l’Homme

5 cartes lumineuses qui rendent compte de la connexion du monde

Google Maps prédit la fréquentation et les retards dans les transports en commun