in

Un ado qui ne se nourrissait que de malbouffe est devenu aveugle

Crédits : Pixabay

Un adolescent qui ne mangeait depuis quelques années que de malbouffe (aliments ultra-transformés) a récemment perdu la vue, selon un récent rapport de cas.

Les aliments ultra-transformés ne sont pas les meilleurs pour la santé. Nous les savons directement liés à des problèmes d’obésité, de cancer ou de maladies cardiaques. Nous savons également qu’ils nous incitent à manger plus. Mais ce ne sont pas les seules conséquences. « Ils peuvent également endommager de manière permanente le système nerveux, en particulier la vision », selon un rapport de cas publié ce mardi dans la revue Annals of Internal Medicine. En témoigne l’expérience d’un jeune homme, aujourd’hui âgé de 19 ans, qui depuis quelques années ne se nourrit que de malbouffe.

Une cécité progressive

Les premiers signes de fatigue ont commencé à se manifester alors que le jeune homme était âgé de 14 ans. Des analyses de sang avaient alors montré qu’il souffrait d’anémie et de faibles niveaux de vitamine B12. Dès l’âge de 15 ans, il a commencé à développer une perte auditive et des problèmes de vision, mais les médecins n’ont pas tout de suite fait le lien. La vision du jeune homme s’est ensuite peu à peu détériorée et dès l’âge de 17 ans, un examen a finalement révélé des scores de 20/200 aux deux yeux. Aux États-Unis, vous êtes alors considéré·e comme “aveugle”.

D’autres tests ont montré que l’adolescent avait développé des lésions de son nerf optique. Ses carences en vitamine B12, étaient toujours les mêmes. Il avait de surcroît également développé des carences en cuivre, en sélénium et en vitamine D. Ce n’est qu’à ce moment précis que ses médecins ont commencé à s’interroger sur son régime alimentaire. Le jeune homme aurait alors avoué que depuis l’école primaire, il ne se nourrissait que de frites, de chips, de pain blanc, de jambon et de saucisses. Il n’avait pourtant jamais été considéré comme étant en surpoids.

Crédits : Pixabay

Carences nutritionnelles

Les tests suivants ont alors finalement révélé sa véritable maladie : une neuropathie optique nutritionnelle. Autrement dit, il souffrait de lésions du nerf optique résultant de carences nutritionnelles. Détectée suffisamment tôt, cette affection peut être traitée. Malheureusement pour ce jeune homme, il était trop tard. Il ne recouvrera donc jamais la vue. Le port de lunettes ou de lentilles est également exclu. Inscrit à l’université pour suivre un cours d’informatique, il a également dû laisser tomber.

Il a par ailleurs été conduit vers d’autres professionnels pour tenter de soigner ses troubles de l’alimentation.

Articles liés :

En manque de sommeil ? Attention à la malbouffe et à la dépression

Se détacher de la malbouffe produit des symptômes de sevrage similaires à ceux de la toxicomanie

L’ennui, chemin le plus court vers la malbouffe