in

Un accord climatique spécial crypto-monnaies vient d’être annoncé !

Crédits : Pixabay / Make-someones-day

Les systèmes blockchain des crypto-monnaies – le Bitcoin en tête – représentent une importe source de pollution à l’échelle globale. Il y a peu, une fondation a initié un accord pour le climat spécial crypto-monnaies. L’objectif ? Faire en sorte que les systèmes régissant les « cryptos » atteignent la neutralité carbone d’ici 2040.

Un objectif ambitieux

Depuis quelques mois, évoquer le Bitcoin ne se fait jamais sans mentionner son cours, oscillant entre 45 et 50 000 euros. Et pourtant, les préoccupations les plus importantes concernent son impact sur l’environnement. À travers le monde, des centaines de milliers d’ordinateurs « minent » et cette activité représente un véritable gouffre énergétique. En 2018, une étude expliquait que la blockchain pourrait produire des émissions de GES capable d’augmenter de 2 °C les températures mondiales dès 2033. Toute l’industrie des crypto-monnaies est concernée.

Il y a quelques jours, une fondation à but non lucratif basée à Zug (Suisse) – l’Energy Web Foundation – a publié le Crypto Climate Accord. Il s’agit comme son nom l’indique d’un accord sur le climat spécial crypto-monnaies. Pour l’heure, une vingtaine d’acteurs du secteur ont rejoint l’opération pour un objectif commun. Il s’agit de faire en sorte qu’avant 2030, les systèmes blockchain des crypto-monnaies fonctionnent essentiellement à l’aide des énergies renouvelables. Surtout, il sera question d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2040.

Bitcoin Currency Decentralized Coin Money Virtual
Crédits : Max Pixel

Objectif COP26

Jesse Morris, directeur commercial de la fondation, assurait que cet accord concernait seulement le privé. Ainsi, aucune demande de subvention publique ne devrait être demandée. L’intéressé estime que si le Bitcoin devient écologique, les affaires marcheront encore mieux. S’agit-il d’une initiative intéressée ? Tout est possible. Néanmoins, tous ne partagent pas ce progrès. Certains experts comme Alex de Vries (Digiconomist) pensent que certains aspects problématiques de la blockchain ne trouveront pas d’issue favorable.

«Si nous pouvons rendre le bitcoin vert, il sera beaucoup plus facile et moins risqué pour d’autres organisations de venir acheter plus de bitcoins», a déclaré Jesse Morris.

Parmi les sociétés ayant rejoint l’accord en question, deux sont très populaires dans le milieu : Ripple et Consensys. La première est à l’origine du protocole de paiement et de la crypto-monnaies XRP, rencontrant actuellement un certain succès. La seconde est un développeur de logiciels décentralisés reposant sur la blockchain Ethereum. Enfin, le Crypto Climate Accord fera peut-être parler de lui lors de la prochaine conférence des Nations Unies sur le changement climatique. La COP26 se déroulera à Glasgow (Écosse) du 1er au 13 novembre 2021, un événement que la célèbre Greta Thunberg a formellement décidé de boycotter.

Voici la présentation du Crypto Climate Accord par l’Energy Web Foundation :