in

Un accessoire pour smartphone pourra vous dire si une eau est potable

Crédits : Flickr / Luke Addison

Imaginez-vous à la fin de votre jogging. Vous n’avez pas d’eau sur vous. Il y a en revanche cette petite rivière que vous connaissez tant. Vous n’avez jamais osé boire une gorgée de cette eau. Mais est-elle contaminée pour autant ? Pour le savoir, un accessoire pour smartphone vous permettra bientôt de prendre un cliché de ce cours d’eau, et de vous dévoiler, à partir de cette image si l’eau est potable ou non.

L’objectif principal de l’outil – mis au point par une équipe d’astronomes de l’Université de Leiden, aux Pays-Bas – n’est pas seulement de vous permettre de boire quelques gorgées dans une rivière ou un ruisseau. Des mesures rapides et précises de la pollution de l’eau peuvent également être extrêmement bénéfiques pour la science. Ce type de données peut aussi orienter les politiques environnementales. Les citoyens pourraient alors savoir si leur eau estampillée potable est contaminée ou non. Ou encore, les pêcheurs seraient en mesure de déterminer la qualité de leurs prises, et la façon dont la pollution peut affecter les populations locales de poissons. Dans ce cas, l’eau polluée peut même déterminer des schémas de migration humaine, en forçant les pêcheurs à se déplacer ou à abandonner leur commerce.

En 2013, la même équipe d’astronomes avait mis au point l’iSPEX (Spectropolarimeter for Planetary EXploration), un accessoire pour smartphone capable de mesurer la pollution de l’air. Les citoyens néerlandais, ainsi que les habitants des villes allant d’Athènes à Londres, ont alors pris des milliers de mesures des particules présentes dans l’air. Le système qui sous-tend la connexion au smartphone est en fait issu d’une technologie sophistiquée qui permet aux astronomes de savoir si l’oxygène est présent sur les planètes autour d’autres étoiles. Cela écarte également le besoin de prélever des échantillons locaux et de les envoyer en laboratoire – un processus relativement coûteux qui peut prendre beaucoup plus de temps.

Mais l’eau présente des défis différents. La couleur de l’eau peut être influencée par une variété de facteurs, y compris les conditions météorologiques. Les vents forts peuvent remuer les sédiments, et les nuages ​​peuvent bloquer le soleil, rendant l’eau plus sombre. Des mesures au sol devront être faites sur place par les habitants. Les participants seront également invités à prendre une photo du ciel au-dessus de l’eau pour calibrer les lectures. La technologie n’en est encore qu’à ses débuts, mais l’objectif sera à terme de combiner la technologie d’astronomie de pointe avec la science de l’environnement. Cela permettra de créer un appareil à la fois facile à utiliser et capable de mesurer avec précision la qualité de l’eau de surface.

Source