in

L’UE va bientôt interdire des milliers de substances chimiques toxiques

Crédits : Pexels / mali maeder

Il y a peu, la Commission européenne a publié une feuille de route portant sur la restriction des substances chimiques nocives. Le document priorise les substances les plus nocives, à la fois pour la santé humaine et l’environnement.

Entre 4 000 et 7 000 substances seront interdites

En 2020, la Commission européenne avait annoncé sa stratégie pour la durabilité dans le domaine des produits chimiques. Dans une publication du 25 avril 2022, cette même Commission évoque à présent sa feuille de route. L’objectif est de bannir les substances chimiques toxiques d’ici 2030, une décision qui pourrait constituer un tournant historique pour le secteur de l’industrie chimique.

Chaque année au sein de l’Union européenne, les industriels produisent en effet 300 millions de tonnes de produits chimiques. Or, 74 % de ces produits sont nocifs pour la santé humaine, mais également l’environnement. D’ici moins d’une décennie, l’UE devrait interdire entre 4 000 et 7 000 substances chimiques toxiques, dont 1 775 que l’on considère comme étant cancérigènes, mutagènes et/ou nocives pour la reproduction.

La Commission a livré une première liste noire contenant tous les bisphénols, les substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées (PFAS) ainsi que les plastiques PVC (polychlorure de vinyle). Rappelons que les bisphénols permettent d’assouplir les plastiques et que les PFAS se retrouvent souvent dans les emballages alimentaires, les crèmes solaires ou encore les revêtements des poêles antiadhésives. Quant aux plastiques PVC, ils contiennent de nombreux additifs nocifs.

crème solaire soleil été plage
Crédits : Pixabay / dimitrisvetsikas1969

La plus importante interdiction à ce jour

« Ces restrictions (règlement REACH) visent à réduire l’exposition des personnes et de l’environnement à certains des produits chimiques les plus nocifs, en s’attaquant à un large éventail de leurs utilisations industrielles, professionnelles et dans les produits de consommation« , a déclaré Virginijus Sinkevičius, commissaire chargé de l’environnement à la Commission.

Par ailleurs, l’UE pense aussi interdire les produits retardateurs de flammes dans les sièges de voiture, les tétines de bébé ainsi que dans les matelas des berceaux. Pour la Commission, il s’agit ici de cibler un large éventail d’usages à la fois dans le milieu professionnel, dans l’industrie et au niveau de la consommation courante. De plus, la liste noire des produits ciblés devrait régulièrement faire l’objet de mises à jour.

Selon le Bureau européen de l’environnement regroupant 140 organisations, il s’agit de la plus importante interdiction de produits chimiques toxiques à ce jour. Il faut dire que ces mesures ne devraient pas permettre aux industriels de modifier légèrement leurs produits pour contourner la réglementation. Rappelons tout de même qu’après l’interdiction du bisphénol A il y a une dizaine d’années, les industriels s’étaient rabattus sur le bisphénol S dont la toxicité est encore plus importante envers le système endocrinien.