in

Les bébés tyrannosaures avaient la taille d’un Border Collie

Crédits : julius Csotonyi

Une étude concentrée sur les premiers fossiles d’embryons de tyrannosaures jamais identifiés laisse à penser qu’à la naissance, ces prédateurs étaient probablement aussi grands qu’un chien de taille moyenne de type Border Collie. Les détails de ces travaux sont publiés dans la revue Canadian Journal of Earth Sciences.

Les tyrannosaures sont un genre éteint de théropodes ayant vécu il y a environ 68 à 66 millions d’années dans ce qui est actuellement l’Amérique du Nord. Avec une longueur de plus de treize mètres, une hauteur de quatre mètres au niveau des hanches et un poids pouvant atteindre huit tonnes, le représentant le plus emblématique de ces dinosaures n’est autre que le T-Rex. Mais combien mesuraient ces animaux à leur naissance ? Une analyse de fossiles inédite nous permet d’y voir un peu plus clair.

Aussi grands qu’un chien de taille moyenne

Dans le cadre de ces travaux, des paléontologues de l’Université d’Édimbourg (Écosse) et d’Alberta (Canada) ont examiné les premiers fossiles connus d’embryons de Tyrannosaurus jamais identifiés. En tant que tels, ces restes ont offert une occasion rare de faire la lumière sur les premières étapes de la vie de ces anciens prédateurs.

Les chercheurs ont concentré leur étude sur une section de la mâchoire (trois centimètres) d’un tyrannosaure embryonnaire de l’espèce Daspletosaurus isolé dans la formation Two Medicine du Montana et sur une “griffe embryonnaire” appartenant très probablement à un spécimen d’Albertosaurus trouvée dans la formation Horseshoe Canyon, en Alberta.

Grâce à des scans 3D, les chercheurs ont pu estimer que ces dinosaures ne mesuraient pas plus de 0,9 m de long au moment de leur éclosion. Ils ont fait la comparaison avec le Border Collie, une race de chien de troupeaux connue pour son intelligence. L’analyse a également révélé que l’os de la mâchoire possède des caractéristiques distinctives de tyrannosaure, y compris un menton prononcé, indiquant que ces traits physiques étaient présents avant l’éclosion des animaux.

Les chercheurs ont également pu déterminer que les œufs dans lesquels ils étaient recroquevillés dont les restes n’ont jamais été retrouvés mesuraient environ 432 millimètres. Cette information est importante dans la mesure où elle pourrait aider les efforts visant à reconnaître ces œufs à l’avenir, permettant ainsi aux chercheurs de mieux comprendre les habitudes de nidification des tyrannosaures.

Ces ossements sont la première fenêtre sur le début de la vie des tyrannosaures et ils nous renseignent sur la taille et l’apparence des bébés tyrannosaures“, explique le Dr Greg Funston, qui a dirigé l’étude.

tyrannosaures
La taille d’un Albertosaurus adulte comparée à celles de deux bébés tyrannosaures (déterminés par leurs restes fossilisés) et du chercheur Greg Funston. Crédits : Greg Funston

La croissance du T-Rex

Rappelons que des études antérieures ont également permis de déterminer que les T-Rex nouveau-nés avaient des “bras” plus longs en proportion à leur corps en comparaison à l’âge adulte.

Côté croissance, les juvéniles prenaient également environ trois kilos par jour, et ce, pendant treize ans. À cet âge, ils mesuraient environ 6,4 m de long et étaient encore très élancés. Autrement dit, ils ne ressemblaient pas encore tout à fait aux adultes.

De premiers gros changements physiques s’opéraient ensuite vers l’âge de quatorze ou quinze ans. La tête et la mâchoire s’approfondissaient alors, les dents devenaient épaisses et, fondamentalement, ils ressemblaient alors à de vrais T-Rex. Puis une seconde vague de changements intervenait vers l’âge de dix-huit ans. Durant cette période, les T-Rex prenaient environ trois tonnes, devenant alors plus lourds que n’importe quel autre tyrannosauridé.

Enfin, rappelons que chaque bébé T-Rex était également recouvert d’une couche de plumes duveteuses. La question de savoir si l’adulte portait encore ses plumes est encore débattue. Selon de récentes analyses, il est probable que certaines plumes aient été encore visibles le long de la tête et de la queue de l’animal.