in

Twinkle, ce chasseur d’exoplanètes nous offre un nouveau regard sur les mondes lointains

Crédits : flflflflfl / Pixabay

Deux spectromètres installés sur le satellite privé Twinkle vont analyser la lumière transmise à travers, émise ou réfléchie par les atmosphères d’exoplanètes afin de nous donner un aperçu de ces mondes en orbite autour d’étoiles lointaines.

Twinkle est une petite mission aux grandes ambitions. Conçu pour révéler la composition chimique de 100 à 150 Jupiter chauds en orbite autour d’étoiles lointaines, le tout premier satellite privé chasseur d’exoplanètes impliquera la construction et le lancement d’un télescope spatial avant 2019. Porté par l’Union européenne, il invite le secteur privé à s’intéresser à la commercialisation de données scientifiques qui concerneront l’étude des exoplanètes.

L’idée : vendre du temps d’observation à des tiers, qui pourront alors définir les données qui l’intéressent parmi celles que génère le satellite. » Deux directeurs du développement commercial parcourront le monde afin de convaincre nos clients potentiels », souligne Jonathan Tennyson, coordinateur du projet.

Pour mener à bien sa mission, le satellite embarquera un télescope doté d’un miroir primaire de 50 centimètres de diamètre et de deux spectromètres. Pour les scientifiques qui portent le projet, Twinkle devrait fournir des spectres de 100 à 150 Jupiters chaudes. Actuellement, « nous ne savons presque rien de ces planètes au-delà de leur masse, de leur taille et de la distance de leur étoile. Donc, Twinkle nous renseignera sur leur composition et sur la façon dont elles ont évolué dans le temps », déclare Enzo Pascale, de l’université de Cardiff, responsable scientifique des instruments de la mission.

Vapeur d’eau, dioxyde de carbone, méthane, ammoniac, cyanure d’hydrogène, hydrogène sulfuré, ainsi que des composés métalliques exotiques tels que le dioxyde de titane, le dioxyde de silicium et le vanadium pourront alors être détectés par un premier spectromètre. Quant au second, il surveillera la variabilité lumineuse des étoiles et détectera des signes d’une couverture nuageuse dans l’atmosphère des planètes.

« Ceci est un grand pas pour Twinkle » a notamment déclaré le Dr Giorgio Savini, responsable de l’étude. « La mission est basée sur un concept ambitieux: nous pouvons faire de l’astronomie révolutionnaire avec un petit satellite. Twinkle aura l’agilité, la stabilité et la sensibilité nécessaires pour recueillir la lumière de systèmes planétaires ciblés, analyser les spectres et nous permettre d’extraire des informations sur les gaz présents. « 

Le vaisseau spatial Twinkle sera construit par la société satellite de petit calibre mondial, Surrey Satellite Technology Ltd (SSTL). Il transportera une charge utile pesant moins de 100 kg qui comprend l’instrumentation scientifique, l’électronique, un système de refroidissement et un système de guidage.

Source