Une tumeur avec des dents découverte dans une sépulture égyptienne

Tératome tumeur dents
Tératome avec dent A (inférieure) in situ et dent B (supérieure) modernisée en crypte. Crédits : A. Deblauwe/Projet Amarna

Des archéologues annoncent avoir fait une découverte rare en fouillant un ancien cimetière égyptien : une tumeur ovarienne datant de plus de trois millénaires. Cette masse osseuse, qui contient deux dents, est le plus ancien exemple connu de tératome.

Des masses particulières

Les tératomes sont des tumeurs pouvant contenir différents types de tissus. Ils se forment généralement dans les ovaires, les testicules ou d’autres organes, et peuvent être bénins ou malins, ce qui signifie qu’ils peuvent être cancéreux ou non.

Ces tumeurs se développent à partir de cellules germinales qui sont capables de donner naissance à différents types de tissus. Par conséquent, les tératomes peuvent contenir des éléments variés qui ressemblent parfois à des parties du corps, comme des dents (comme c’est le cas ici) ou des cheveux. De nos jours, le traitement habituel consiste à retirer la masse tumorale.

Une découverte rare

Seuls quatre exemples archéologiques de tératomes avaient été identifiés auparavant : trois en Europe et un au Pérou. Cette nouvelle découverte réalisée dans un cimetière égyptien datant du Nouvel Empire, situé à Amarna, est le premier cas ancien découvert en Afrique et le plus ancien exemple de tératome.

Pour information, Amarna était une ville éphémère située sur la rive orientale du Nil, entre Le Caire et Louxor, qui servait de centre de culte du pharaon Akhénaton au dieu solaire Aton. Elle fut abandonnée dix ans après la mort d’Akhenaton en 1336 av. J.-C.. Les archéologues ont étudié quatre grands cimetières associés à Amarna.

Un tératome ovarien

Les restes de cette tumeur ont été découverts sur le squelette d’une femme âgée de 18 à 21 ans, enterrée avec des objets funéraires, dont une bague ornée de la figure de Bes, une divinité associée à la fertilité et à la protection. La masse osseuse inhabituelle, qui aurait la taille d’un gros raisin, a été trouvée dans le bassin. Gretchen Dabbs, de l’Université du sud de l’Illinois à Carbondale, et responsable des fouilles, a donc conclu qu’il s’agissait d’un tératome ovarien.

Tératome tumeur dents
Tératome in situ dans l’échancrure sciatique gauche. Crédits : M. Wetzel/Amarna Project
Tératome tumeur dents
Tératome in situ, montrant la dent B près du haut de l’os de la cuisse gauche. Crédits : M. Wetzel/Amarna Project

La présence de l’anneau de Bes dans la tombe indique que le tératome pouvait provoquer des symptômes chez la femme avant son décès. Il est en effet possible que la divinité Bes ait été invoquée pour la protéger de la douleur ou pour lui permettre d’être toujours fertile malgré sa maladie, peut-être dans l’espoir de concevoir un enfant.

Les détails de l’étude sont publiés dans l’International Journal of Paleopathology.