in

Tuer les vieilles cellules pour vivre plus longtemps ? Le rêve est à portée de main

Crédits Pixabay

Une équipe américaine est parvenue à prolonger de 30 % l’espérance de vie moyenne de souris en nettoyant leur organisme des cellules en fin de vie, dites sénescentes. Mieux encore : les souris paraissent plus jeunes.

L’immortalité est-elle à porter de main ? Selon une récente étude, ce vieux fantasme de l’Homme pourrait bien s’en rapprocher. Une équipe de chercheurs américains de la Mayo Clinic (Minnesota, États-Unis) a en effet découvert une cure de jouvence capable de prolonger de 30 % l’espérance de vie des souris.

La sénescence est un processus physiologique qui entraîne la dégradation des fonctions de l’organisme. Nos cellules sont ainsi programmées pour se diviser un certain nombre de fois au cours de notre vie, puis cessent de le faire avant de mourir et d’être éliminées par le système immunitaire. En d’autres termes, la sénescence nous fait vieillir. Lorsque nous sommes jeunes, notre système immunitaire se débarrasse régulièrement de ces cellules stagnantes, mais avec l’âge, cette fonction devient moins efficace; les cellules sénescentes s’accumulent et sécrètent des facteurs qui créent des inflammations chroniques souvent associées avec des maladies liées à l’âge.

Pour éliminer ces cellules en fin de vie, l’équipe de chercheurs a modifié génétiquement des souris cobayes pour qu’elles produisent un enzyme qui tue les cellules en réponse à une autre protéine, le p16Ink4a, uniquement présente dans les cellules sénescentes par l’injection d’un produit catalyseur. Résultat, les souris traitées ont vu leur espérance de vie moyenne prolongée de presque un tiers. Mais pas que. En effet, les souris paraissent plus jeunes après traitement, et sont en bien meilleure santé; elles souffrent moins de cataractes, sont moins touchées par les pathologies cardiaques, rénales ou graisseuses, typiques du vieillissement. Enfin, le déclenchement des cancers est retardé.

Un résultat spectaculaire, qui suggère que le nettoyage des cellules sénescentes par la génétique peut augmenter la longévité, protéger des changements délétères dans plusieurs tissus et organes vitaux comme le rein ou le coeur, et le tout sans effet secondaire. Notons toutefois que les cellules sénescentes n’ont pas été éliminées de certains organes essentiels comme le foie ou le côlon, et que par ailleurs, la disparition des cibles n’a eu aucun effet sur la dégradation des capacités motrices, la force musculaire ou encore sur la mémoire.

Des souris, et des Hommes ? Peut-être.  Mais le processus n’est pas aussi simple et l’Homme ne peut être modifié génétiquement. Mais la quête de la Fontaine de jouvence est loin d’être terminée : Une startup américaine, Unity Biotechnology, développe en effet depuis quatre ans un traitement qui devrait fonctionner sur les humains en nettoyant notre corps des cellules sénescentes. Des tests sont d’ores et déjà prévus.

Sources : technologyreview ; S&A