Des astronomes annoncent avoir découvert le trou noir le plus vorace jamais observé. C’est un festin qui dure depuis plus d’une décennie, soit plus de dix fois plus long que tous les repas stellaires détectés auparavant.

Non seulement c’est de loin le plus grand festin stellaire jamais observé, mais le dîner dure depuis si longtemps que les chercheurs ne sont pas tout à fait sûrs de savoir comment la fête a pu durer autant de temps sans plier les lois de la physique. Quand une étoile passe un peu trop près d’un trou noir, celle-ci se déchire sous l’effet de l’intense force gravitationnelle de l’ogre cosmique : on appelle ça un cas de perturbation de marée (TDE). Pendant ces événements, une partie du matériel stellaire est projetée à de grandes vitesses à des directions opposées tandis que le reste du matériel tombe dans le trou noir, happé par ce dernier. Quand ces débris sont ingérés par le trou noir, la matière est alors chauffée à des millions de degrés en produisant des émissions en rayon X très caractéristiques.

Nous avons observé beaucoup de ces TDE par le passé, notamment grâce à ces fusées de rayons X, mais la plupart de ces événements sont de très courte durée, ce qui explique pourquoi cette observation est si surprenante. Comme le confirme Dacheng Lin, de l’université du New Hampshire, et principal auteur de cette étude : « on a détecté des dizaines de TDE depuis les années 1990, mais aucun n’est resté lumineux pendant une période aussi longue. Nous avons tout bonnement assisté à la disparition spectaculaire et prolongée d’une étoile ». Le repas stellaire dure depuis au moins dix ans et les chercheurs suggèrent un plat d’au moins deux fois la masse du soleil. La source en rayon X émise provient quant à elle d’un trou noir baptisé XJ1500+0154 situé à 1,8 milliard d’années-lumière de la Terre. Le lieu des festivités, en somme.

Les observations combinées faites par les télescopes Chandra X-Ray Observatory de la NASA, le Swift satellite et le XMM-Newton de l’Agence spatiale européenne suggèrent que trou noir est situé au centre de la galaxie. Les données en rayon X révèlent également que le rayonnement de la matière entourant ce trou noir a surpassé la limite d’Eddington qui se définit par un équilibre entre la pression externe du rayonnement provenant du gaz chaud et la poussée interne du trou noir. Cette capacité à pouvoir surpasser cette limite pourrait notamment expliquer pourquoi certains trous noirs pouvaient atteindre une masse des milliards de fois supérieure à celle du soleil alors que l’univers n’était âgé que de quelques milliards d’années.

Quant au festin, il devrait s’estomper dans la prochaine décennie. Les éclats de rayons X devraient alors faner peu à peu avant de disparaître de la vue des télescopes. Il sera alors temps de digérer.

Source