in

La troisième plus grande naine de notre Système solaire a sa lune

Crédits : NASA, ESA, C. Kiss (Konkoly Observatory), et J. Stansberry (STScI)

Connue sous le nom de « Snow White » ou OR10 2007, la troisième plus grande planète naine de notre Système solaire après Pluton et Éris est dotée de sa propre lune comme le révèle une étude récente.

OR10 2007 ou « Snow White » (pour Blanche Neige) est une planète naine située dans la Ceinture de Kuiper et son diamètre est de 1 530 km. Une nouvelle étude publiée dans The Astrophysical Journal Letters révèle que celle-ci possède sa propre lune dont le diamètre est situé entre 240 et 400 km.

Désormais, à part Sedna, la plupart des « grandes » planètes naines du Système solaire (à savoir celles dont le diamètre dépasse les 960 km) possèdent leur propre lune et la plupart proviennent probablement d’anciennes collisions. Par exemple, les astronomes pensent qu’un ancien impact géant a conduit à la formation du système à cinq lunes de Pluton.

« La découverte de satellites autour de toutes les grandes planètes naines connues à l’exception de Sedna signifie qu’au moment où ces corps se sont formés il y a des milliards d’années, les collisions devaient être plus fréquentes, ce qui constitue une contrainte sur les modèles de formation. S’il y avait fréquemment des collisions, il était assez facile de former ces satellites », explique Csaba Kiss de l’Observatoire Konkoly à Budapest, en Hongrie, et auteur de l’étude.

Crédits : NASA, STSci, Wesley Fraser, Gábor Marton et al.

« Il doit y avoir une assez grande densité d’objets et certains d’entre eux ont été des corps massifs qui perturbent les orbites de corps plus petits. Cette agitation gravitationnelle peut avoir poussé les corps hors de leurs orbites et augmenté leurs vitesses relatives, ce qui peut avoir entraîné des collisions », ajoute John Stansberry, du Space Telescope Science Institute et co-auteur des travaux en question.

La découverte de cette lune autour de « Snow White » a d’abord été rendue possible par le télescope spatial Hubble qui a observé qu’il faut à la planète environ 45 heures pour compléter une rotation. C’est bien plus long que pour les objets habituellement trouvés dans la ceinture de Kuiper qui complètent une rotation en 24 heures ou moins. Pour les chercheurs, ce ralentissement est dû à la force gravitationnelle de la lune.

En consultant des photographies d’archives de Snow White capturées par Hubble, ils ont trouvé cette lune dans deux clichés pris en 2009 pour l’un et en 2010 pour l’autre. Pour calculer l’orbite de la nouvelle lune et déterminer sa taille, ils ont utilisé les mesures effectuées dans l’infrarouge lointain par l’Observatoire spatial Herschel de l’Agence spatiale européenne.