in

L’une de ces trois sociétés pourrait fournir du nucléaire sur la Lune

Crédits : NASA

La NASA vient d’attribuer plusieurs contrats visant à démontrer le potentiel de systèmes à fission nucléaire permettant d’alimenter des infrastructures lunaires. L’agence et le département américain de l’énergie ont sélectionné trois propositions de conception susceptibles d’être déployées sur la Lune d’ici la fin de la décennie pour soutenir le programme d’exploration lunaire Artemis.

La NASA et ses partenaires visent à s’établir durablement sur et autour de la Lune d’ici la fin des années 2020 dans le cadre du programme Artemis. À terme, des astronautes pourront séjourner sur place à l’intérieur d’une base permanente pour explorer et exploiter l’environnement lunaire. Se pose alors la question de l’énergie, entre autres défis inhérents à un tel projet.

Depuis plusieurs mois, la NASA et le ministère américain de l’Énergie mûrissent ainsi l’idée de s’appuyer sur la fission nucléaire. Ce choix n’est pas un hasard. Ce type de système pourrait en effet générer suffisamment d’énergie pour soutenir une base habitée. Contrairement aux panneaux solaires, il pourrait également fonctionner en continu dans des cratères ombragés et pendant les nuits lunaires qui durent pendant deux semaines terrestres.

Une démonstration de tels systèmes sur la Lune ouvrirait également la voie à des missions de longue durée sur Mars. « Le développement de ces premières conceptions nous aidera à jeter les bases de notre présence humaine à long terme sur d’autres mondes« , a déclaré Jim Reuter, administrateur associé de la direction des missions de technologie spatiale de la NASA.

nucléaire lune artemis
Vue d’artiste de deux astronautes travaillant pendant les opérations lunaires d’Artemis. De telles opérations pourraient être soutenues par l’énergie nucléaire. Crédits : NASA

Trois nouveaux contrats

Pour l’heure, ce n’est qu’une idée sur le papier. Désormais, la NASA et le gouvernement américain veulent du concret. Il y a quelques jours, trois entreprises se sont ainsi engagées auprès de l’agence américaine pour « fournir des informations critiques pouvant conduire à un développement conjoint d’un système d’énergie à fission entièrement certifié en vol » au cours des douze prochains mois.

Chacun de ces contrats est évalué à environ cinq millions de dollars. Les équipes sélectionnées sont dirigées par Lockheed Martin, Westinghouse et IX (une joint-venture entre Intuitive Machines et X-Energy).

Les contrats récemment annoncés s’ajoutent à d’autres d’initiatives spatiales nucléaires visant à faire avancer les travaux du gouvernement américain dans l’exploration lunaire et l’espace lointain en général. Le 17 mai, l’US Defence Innovation Unit avait par exemple annoncé deux contrats visant à développer et tester de nouveaux systèmes d’énergie nucléaire dans l’espace. L’objectif ultime est une démonstration de vol orbital en 2027. Un peu plus tôt, la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) des États-Unis avait également annoncé la prochaine étape d’un projet de conception, de développement et d’assemblage d’un moteur-fusée thermique nucléaire pour une démonstration en vol en orbite terrestre en 2026.