La triste histoire de Lina Medina, qui accoucha à l’âge de 5 ans

Lina Medina
Lina Medina tient son nouveau-né en 1939. Crédits : Wikimedia Commons

Nous sommes en mars 1939. Une fillette péruvienne de 5 ans originaire d’un petit village et in est amenée à un hôpital local en raison d’un gonflement de l’estomac. Ses parents redoutent le diagnostic et imaginent rapidement une tumeur. La réalité sera bien plus surprenante. Après avoir soumis Lina à un examen complet, les médecins annoncent la nouvelle : la petite fille est enceinte de sept mois. Deux mois plus tard, le 14 mai 1939, elle accouchera d’un petit garçon de trois kilos en bonne santé par césarienne. C’est la plus jeune mère de l’histoire.

« Je n’ai jamais rien vu de tel »

La puberté normale débute généralement entre huit et treize ans chez les filles, et entre neuf et quatorze ans chez les garçons. Cependant, dans le cas de la puberté précoce , les signes de développement sexuel peuvent apparaître avant ces âges. En général, ils se manifestent alors avant l’âge de huit ans pour les filles et de neuf ans pour les garçons. Il s’agit d’une affection infantile relativement courante.

La petite Lina, en revanche, représente un cas extrêmement rare de puberté très précoce. « Au cours des dix dernières années, notre hôpital a obtenu une puberté précoce chez quatre enfants âgés de 2 ans et moins, mais rien de tel que ce cas notoire », raconte Dr Erica A. Eugster, endocrinologue pédiatrique à l’Indiana University School de Médecine.  » Ici, selon un rapport, Lina aurait commencé à avoir ses règles à 8 mois. C’est le premier cas de puberté précoce jamais enregistré. Je n’ai jamais rien vu de tel « , poursuit le médecin .

Le Dr Gerardo Lozada, qui a vu Lina pour la première fois dans la ville de Pisco, avait signalé le cas à l’Académie de médecine de Lima. Le cas de la jeune fille fut ensuite confirmé par Edmundo Escomel, membre de l’Académie française des sciences, puis par le chirurgien général adjoint du service de santé publique des États-Unis. Selon lui, la petite fille, qui révèle le cas le plus étonnant qu’il ait vu de toute sa carrière, s’intéresse davantage au fait de jouer qu’à son enfant.

Comment expliquer son cas ?

La plupart des cas de puberté précoce sont « idiopathiques ». Cela signifie qu’il n’y a pas de cause connu.

Cependant, des cas plus rares de puberté extrêmement précoce ont été liés à une tumeur cérébrale bénigne connue sous le nom d’hamartome hypothalamique. Ce type de tumeur se développe sur l’hypothalamus, une partie du cerveau qui contrôle la glande pituitaire. Celle-ci est responsable de la production et de la libération d’un large éventail d’hormones, y compris celles qui régulent le développement sexuel.

Lina Médine
Lina Medina montrée à l’âge de 7 ou 8 ans avec son fils Gerardo. Crédits : WIKIMÉDIA COMMONS

La question difficile : qui est le père ?

Une fois ce cas rendu public, plusieurs médias ont demandé à Lina d’identifier le père de son bébé. Cependant, elle n’a jamais pu donner de réponses précises. Son propre père a été brièvement détenu sur la base de soupçons d’inceste qu’il niait fermement, mais il a rapidement été libéré. Malgré tout, une chose est certaine : la jeune fille a clairement été victime d’abus sexuels.

La famille Medina est finalement retournée dans son village pour éviter la presse et les autorités médicales. Un psychologue pour enfants américain a pu examiner brièvement Lina deux ans plus tard. Il remarqua « une intelligence supérieure » chez la jeune fille, tandis que son bébé, nommé Gerardo en l’honneur du médecin qui l’avait soignée, se développait tout à fait normalement.

À l’époque, elle considérait également son fils comme un petit frère . Selon certains récits, celui-ci n’aurait appris que Lina était sa mère qu’à l’âge de 10 ans suite aux railleries de ses camarades de classe .

À l’âge adulte, elle aurait travaillé comme secrétaire pour le Dr Gerardo Lozada, qui l’avait fait accoucher. Elle se serait par la suite mariée et aurait accueilli un deuxième enfant en 1972 à l’âge de 38 ans. Finalement, son premier fils, Gerardo, serait décédé en 1979 d’un cancer des os à l’âge de 40 ans. On ne sait pas si sa mère est encore vivante aujourd’hui.