in

C’est le plus ancien cas connu de cannibalisme au monde

Crédits : Aunt_Spray

De nouvelles recherches montrent que les trilobites ne chassaient pas seulement des animaux plus petits et plus faibles pour se nourrir durant le Cambrien. En effet, certains s’attaquaient parfois aux membres de leur propre espèce. Cette découverte représente la première preuve de cannibalisme dans les archives fossiles à ce jour.

Les trilobites sont des arthropodes marins apparus pour la première fois dans les archives fossiles il y a environ 541 millions d’années avant de s’éteindre il y a environ 252 millions d’années. En ce sens, ces créatures, qui se caractérisaient par des exosquelettes épais favorisant leur préservation, se présentent comme l’une des plus grandes réussites de l’évolution. On ignore cependant encore beaucoup de choses sur ces animaux anciens très appréciés des collectionneurs de fossiles, d’où l’intérêt de cette nouvelle étude.

La plus ancienne preuve de cannibalisme

Russell Bicknell, paléontologue à l’Université de la Nouvelle-Angleterre (Australie), a passé plusieurs années à examiner les fossiles de trilobites de la formation Emu Bay Shale, sur l’île Kangourou. Ici, deux espèces du même genre se distinguent : Redlichia takooensis, qui raclait le fond marin pour se nourrir, et Redlichia rex, qui était l’un de ses prédateurs.

De nombreux fossiles de R. takooensis ont été trouvés avec ce qui semblait être des marques de blessures, principalement sur leurs extrémités postérieures. Cela n’a rien de très surprenant dans la mesure où cette espèce était la cible de R. rex. Nous le savons grâce à l’analyse de coprolithes (matières fécales fossilisées).

En revanche, les chercheurs ont été surpris de constater que R. Rex présentait également des marques similaires. Selon le chercheur, ces blessures étaient probablement le résultat du cannibalisme. « Il n’y a pas grand-chose d’autre dans ce gisement qui possède la boîte à outils nécessaire pour faire ce genre de marques et qui pourrait volontairement s’attaquer à quelque chose de difficile« , explique Russell Bicknell.

trilobites
Un fossile de trilobite Redlichia takooensis. Crédits : South Australian Museum

Bien que l’on ne sache pas grand-chose sur les pièces buccales des trilobites, le paléontologue pense que ces marques ont été plutôt réalisées par les pattes de ces animaux. Ces dernières étaient équipées de petites épines tournées vers l’intérieur. Touchés à l’abdomen par leurs congénères, certains auraient réussi à s’échapper, tandis que ceux touchés à la tête auraient succombé.

Bien qu’il s’agisse du premier exemple documenté de cannibalisme pour un animal dans les archives fossiles, le paléontologue estime que le cannibalisme pourrait être un comportement beaucoup plus ancien encore. « J’irais jusqu’à dire que les arthropodes mangent des arthropodes depuis l’aube où les arthropodes sont devenus des arthropodes« , explique-t-il. Des travaux futurs pourraient donc un jour nous révéler les preuves d’un tel cannibalisme ancien dans les archives fossiles.

Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology.