Un énorme tremblement de terre a dévié le Gange

gange
Le Gange fusionne avec d’autres grands fleuves du Bangladesh et se jette dans le golfe du Bengale. Crédits : Carl et Ann Purcell

Une équipe de chercheurs vient de mettre en lumière un événement sismique jusqu’alors inconnu qui a bouleversé le paysage du sous-continent indien il y a environ 2 500 ans, laissant même des traces indélébiles dans le delta du Gange.

Les indices cachés dans le paysage

Les chercheurs ont découvert les premières preuves de ce séisme en étudiant le paysage près de Dhaka, la capitale du Bangladesh. En utilisant l’imagerie satellitaire, ils ont en effet identifié ce qui semblait être un ancien canal fluvial parallèle au Gange, situé à environ 100 km au sud de Dhaka.

Cette observation a été suivie par une exploration plus détaillée de la région où ils ont trouvé des bandes de sable qui s’étendaient verticalement à travers le sol boueux. Ces formations, appelées sismites, sont des couches de sable qui se forment lorsque des tremblements de terre secouent les sols saturés d’eau. Leur présence a alors conduit les chercheurs à conclure qu’elles s’étaient formées au cours d’un seul événement sismique majeur.

L’analyse chimique du sable et de la boue a également révélé que ce séisme s’était produit il y a environ 2 500 ans. Les chercheurs ont déduit que la magnitude de ce séisme devait être de 7,5 à 8, ce qui était suffisant pour provoquer une avulsion, c’est-à-dire un changement rapide du cours de la rivière. Les tremblements de terre peuvent parfois causer de tels changements en déplaçant rapidement de grandes quantités de sédiments, ce qui force la rivière à se frayer un nouveau chemin.

Les changements rapides dans le cours des fleuves sont bien documentés dans les deltas fluviaux. Habituellement, ces changements sont causés par l’accumulation progressive de sédiments qui finissent par forcer la rivière à déborder et à se créer un nouveau chemin. Ce processus peut prendre des années ou des décennies, mais un tremblement de terre peut provoquer une avulsion presque instantanément.

Les mécanismes du séisme

Deux mécanismes distincts pourraient expliquer l’origine de ce séisme. Le premier est une zone sismiquement active autour des montagnes du massif de Shillong, dans le nord-est de l’Inde, où la plaque tectonique indienne se heurte à la plaque eurasienne. Le second mécanisme est la subduction de la croûte océanique de l’Indien sous le Bangladesh, le Myanmar et le nord-est de l’Inde.

Ces deux processus tectoniques se produisent à plus de 180 kilomètres de l’endroit où les sismites ont été découvertes, ce qui confirme la nécessité d’une magnitude minimale de 7,5 à 8 pour expliquer l’ampleur des changements observés.

Gange
Le delta du Gange (ici en photo satellite) est le plus grand delta fluvial du monde. La partie sombre du delta est constituée des Sundarbans, une vaste réserve faunique et une mangrove. Crédits : NASA/JPL/UCSD/JSC

Des prédictions pour l’avenir

Cette nouvelle compréhension des effets des tremblements de terre sur les cours d’eau dans les deltas est cruciale, car elle permet de mieux anticiper les impacts potentiels des séismes futurs sur ces régions densément peuplées. Le Gange, qui s’étend sur environ 2 500 kilomètres depuis l’Himalaya jusqu’au golfe du Bengale, se présente en effet comme une artère vitale pour des millions de personnes. Toute modification de son cours peut ainsi avoir des répercussions majeures sur l’agriculture, les habitats et l’infrastructure humaine.

Une étude menée en 2016 avait d’ailleurs montré que les zones sismiquement actives du massif de Shillong et de la subduction indo-birmane sont capables de déclencher des tremblements de terre d’une magnitude similaire à celle de l’événement qui a modifié le Gange il y a 2 500 ans. Un tel séisme aujourd’hui pourrait affecter environ 140 millions de personnes, ce qui souligne l’importance de la préparation et de la résilience face aux catastrophes naturelles.