in

Travailler moins d’une dizaine d’heures par semaine réduirait les risques pour la santé mentale

Crédits : Wikimedia Commons / Steve Jurvetson

Des chercheurs britanniques estiment qu’une semaine de travail de seulement 8 heures permettrait d’augmenter le bien-être. Cela réduirait du même coup les risques de dégradation de la santé mentale. Évidemment, il est pour l’instant impossible qu’une telle mesure soit prise, mais elle ne serait pas impossible dans un avenir plus ou moins proche.

Des risques diminués de 30 %

Des chercheurs en sociologie des universités de Cambridge et Salford (Royaume-Uni) ont évalué le temps de travail hebdomadaire idéal. Selon leur étude parue dans la revue Social Science & Medicine le 18 juin 2019, travailler un seul jour sur sept permettrait d’être en bonne santé mentale. Dans le cadre de cette étude, une enquête a été menée auprès de 70 000 Britanniques entre 2009 et 2018. Celle-ci avait pour but de déterminer le lien entre les changements des horaires de travail, la santé mentale ainsi que le bien-être psychique.

Selon les résultats, les personnes au chômage ayant retrouvé une activité à temps partiel de huit heures par semaine ou moins avaient 30 % de chances en moins de voir leur santé mentale se dégrader. La même conclusion a été faite concernant les parents au foyer ayant repris une telle activité à temps partiel.

L’automatisation des taches pourrait permettre de réduire le temps de travail des humains
Crédits : Agility Robotics

Des semaines de 8h grâce aux robots ?

Selon les sociologues, l’automatisation progressive des tâches est vouée à changer la donne. En effet, l’avènement des robots dans le monde de l’entreprise pourrait permettre de réduire le temps de travail hebdomadaire. Dans le cas où une grande partie d’un emploi rémunéré se retrouverait assurée par des robots, les normes actuelles devraient alors être repensées. Ainsi, le temps de travail pourrait faire l’objet d’une redistribution afin que tout le monde puisse avoir un emploi à temps (très) partiel.

Diverses propositions ont été formulées par les chercheurs dans le cas où la situation décrite ci-avant se produirait réellement. Il pourrait par exemple s’agir d’être en week-end cinq jours sur sept, ou bien d’augmenter la durée des congés annuels. Actuellement, pour les personnes en CDI en France, la durée des congés payés est de cinq semaines, mais elle pourrait alors passer à quelques mois.

En 2018, nous évoquions une étude finlandaise ayant fait le lien entre le stress occasionné par le manque de vacances et le risque de mort prématurée. Les chercheurs avaient estimé que les personnes prenant très peu de vacances tout au long de l’année avaient des raisons de s’inquiéter.

Sources : The IndependentSlate

Articles liés :

Forcer les personnes à travailler avant 10h s’apparente à de la torture, selon les experts

Travailler de nuit peut être dangereux pour la santé

Dans le futur, travaillerons-nous à distance en réalité virtuelle ?