Transpiration & thyroïde : quels liens ?

transpiration excessive hyperhidrose auréole de sueur sous l'aisselle
Crédits : Spukkato/iStock

La transpiration est un processus corporel essentiel pour réguler la température corporelle. Toutefois, il arrive qu’elle devienne excessive, dépassant la production normale d’environ 500 ml de sueur quotidienne sans chaleur excessive ni effort physique. Elle peut dans ce cas devenir source d’inconfort et de gêne. Or, une des causes potentielles de cette hypersudation est liée à la glande thyroïde, un organe en forme de papillon situé à la base du cou, responsable de la régulation du métabolisme. Les troubles de la thyroïde peuvent en effet perturber ce processus de régulation, entraînant une sudation excessive. Toutefois, d’autres facteurs peuvent aussi contribuer à la transpiration excessive. Voici ce qu’il faut savoir pour moins suer.

Un lien entre les problèmes de thyroïde et l’hyperhidrose

La glande thyroïde régule le métabolisme en produisant des hormones thyroïdiennes, notamment la thyroxine (T4) et la triiodothyronine (T3). Ces hormones contrôlent la vitesse à laquelle les cellules utilisent l’énergie, affectant ainsi le rythme cardiaque, la croissance et le fonctionnement des organes par exemple. Bien que petite, elle joue donc un rôle crucial dans le fonctionnement de nombreux systèmes du corps, y compris la régulation de la température corporelle. Lorsque cette glande ne fonctionne pas correctement, cela peut ainsi avoir un impact sur divers processus physiologiques, y compris la transpiration. En cas de sueur excessive, il convient ainsi non seulement d’utiliser un anti-transpirant ciblé type Etiaxil, mais aussi de traiter le problème à la base en investiguant le dérèglement de la thyroïde, moins bénin que la simple sensation d’être en nage.

Glande thyroïde problème thyroïdien hypothyroïdie hyperthyroïdie transpiration excessive
Crédits :Mohammed Haneefa Nizamudeen/iStock

L’hypo- et hyperthyroïdie

L’hypothyroïdie, caractérisée par une production insuffisante d’hormones thyroïdiennes, peut notamment entraîner une diminution du métabolisme et une sensation de froid constante. Paradoxalement, certaines personnes atteintes d’hypothyroïdie peuvent également présenter une transpiration excessive, en particulier lors d’efforts physiques ou dans des environnements chauds. Cette sudation accrue est souvent due à une réponse compensatoire du corps pour maintenir une température corporelle normale malgré un métabolisme réduit.

L’hyperthyroïdie, caractérisée quant à elle par une surproduction d’hormones thyroïdiennes et généralement causée par des nodules ou par une maladie auto-immune, peut également entraîner une transpiration excessive. L’augmentation du métabolisme associée à l’hyperthyroïdie peut en effet provoquer une sensation de chaleur constante et une transpiration excessive, même lors d’activités légères ou au repos. De plus, les personnes atteintes d’hyperthyroïdie peuvent présenter des sueurs nocturnes qui perturbent leur sommeil et leur qualité de vie. Cette affection grave nécessite ainsi une attention médicale immédiate.

Généralement, la sécrétion de sueur excessive due à des problèmes thyroïdiens s’accompagne de toute façon d’autres symptômes désagréables tels que la fatigue, la prise ou la perte de poids, les troubles de l’humeur ainsi qu’une modification de la peau et des cheveux. Un dépistage approprié et une gestion des troubles de la thyroïde peuvent alors aider à atténuer les symptômes, y compris l’hyperhidrose, et améliorer la qualité de vie des patients.

D’autres causes possibles de la transpiration excessive

transpiration excessive hyperhidrose auréole de sueur sous l'aisselle et le torse chaleur
Crédits : Koldunov/iStock

Tous les problèmes d’hypersudation ne s’expliquent pas forcément par des problèmes au niveau de la thyroïde, d’où l’importance de consulter un médecin pour recevoir une supervision médicale et un traitement approprié. Généralisée, elle peut en effet être un effet secondaire d’une maladie ou d’un trouble (maladie de Parkinson, diabète, dérèglement hormonal [grossesse, préménopause, ménopause…], trouble anxieux, certains cancers, dérèglement du système nerveux, et notamment hypersensibilité de l’hypothalamus, etc.). Elle peut aussi être liée à un surpoids ou à un fort état d’anxiété et de nervosité. Parfois, cette humidité excessive est aussi parfaitement passagère, surtout suite à un malaise vagal, une crise d’angoisse, un infarctus du myocarde ou un épisode de fébrilité (grippe…).

Il ne faut cependant pas non plus exclure le possible caractère héréditaire de l’hyperhidrose primaire au niveau du visage, des aisselles, des mains ou encore des pieds qui concernerait 25 % des patients atteints de sudation intense. Ce problème peut dans ce cas se manifester dès l’enfance et accompagner les patients toute leur vie, avec des pics plus intenses face à des éléments déclencheurs : émotion forte, activité physique, consommation de nourriture épicée ou d’alcool, moment de stress intense, etc. Enfin, certains médicaments en vente libre ou sur ordonnance peuvent avoir la transpiration excessive pour effet secondaire, même si c’est rare. L’hypersudation peut notamment survenir avec des antidépresseurs (désipramine et la nortriptyline) ou le tamoxifène utilisé pour traiter le cancer du sein.