in

Transfusion sanguine : les hommes transfusés par du sang de femmes déjà maman seraient plus à même de mourir !

Crédit : Wikipedia

Les chercheurs avaient déjà établi un taux de mortalité plus élevé face au développement post-transfusionnel d’œdème aigu pulmonaire chez les hommes transfusés avec du sang féminin. Aujourd’hui, ils précisent ces résultats en révélant que ce serait le sang de femmes ayant déjà été enceintes qui augmenteraient les risques de décès chez les hommes transfusés.

L’œdème pulmonaire résulte généralement d’une insuffisance cardiaque ou d’un problème circulatoire. Il se caractérise par l’influx de liquide plasmatique dans le système pulmonaire. Cette affection pulmonaire a davantage de risques de se développer après une transfusion sanguine due à une surcharge volémique de sang.

Pour obtenir des résultats fiables sur les risques de développer un œdème pulmonaire post-transfusionnel en rapport avec le sang de différents types de donneurs, les chercheurs néerlandais à la tête de l’étude s’intéressèrent à 31 118 patients. Ces derniers avaient tous été transfusés en moyenne par deux échantillons de sang entre 2005 et 2015. Les 59 320 échantillons de sang utilisés provenaient de 88 % d’hommes, 6 % de femmes n’ayant jamais été enceintes et de 6 % de femmes l’ayant déjà été.

Crédit : iStock

La finalité de l’étude fut détaillée dans un article paru dans la revue scientifique Journal of the American Médical Association le 17 octobre dernier. Sur l’intégralité des individus au centre de l’étude, 13 % décédèrent. Les chercheurs évaluèrent un taux de mortalité de 10,1 % pour les hommes transfusés avec du sang d’une donneuse ayant déjà été enceinte contre 7,8 % dans le cas où les donneuses ne l’étaient pas.

Les causes du phénomène sont encore mal connues. Les chercheurs y attribuent l’hypothèse d’un changement immunologique pendant la grossesse, période où de nouveaux anticorps sont créés, mais de nombreuses questions restent encore sans réponse. De nouvelles recherches sont actuellement en cours pour comprendre l’origine du processus.

Source