in

Bientôt un traitement pour cette forme rare de cancer chez l’enfant

Crédits : ICR

Dernièrement, des chercheurs britanniques ont combiné deux médicaments pour venir à bout du gliome portique intrinsèque diffus, une tumeur cérébrale rare qui touche les enfants. Or, il s’avère que ces médicaments étaient déjà utilisés contre certains autres cancers.

Un traitement très prometteur

Le gliome portique intrinsèque diffus (DIPG) ou gliome protubérantiel infiltrant est une tumeur maligne. Il s’agit d’une protubérance du tronc cérébral. Concernant principalement les enfants, elle touche aussi les adultes de façon occasionnelle. Malheureusement, ce gliome est très localisé, agressif (croissance rapide) et inopérable, donc incurable. De ce fait, il est fatal dans l’immense majorité des cas.

Et si cette absence de solution pouvait bientôt prendre fin ? Des chercheurs de l’Institute of Cancer Research (ICR) de Londres (Royaume-Uni) ont détaillé un potentiel nouveau traitement dans leur publication dans la revue Cancer Discovery en septembre 2021. Il est ici question d’une bithérapie, c’est-à-dire une combinaison de deux médicaments déjà présents sur le marché.

Dans les faits, les médecins ont associé un médicament contre un cancer de la peau avec celui contre un cancer du sang. En effet, il s’agit du « trametinib » traitant habituellement le mélanome et du « dasatinib », luttant contre la leucémie. Selon eux, le traitement résultant de cette association est très prometteur.

medicament trametinib
Le trametinib est l’un des deux médicaments intégrant la bithérapie.
Crédits : KolbjornA / Wikipedia Commons

Des résultats au-delà des espérances

Les chercheurs ont tout d’abord étudié la manière dont la tumeur DIPG pouvait muter dans le but de lutter contre les traitements n’incluant qu’un seul médicament. Ensuite, ils ont tenté des combinaisons de deux médicaments avec l’aide d’une intelligence artificielle pour essayer de ralentir la croissance de la tumeur DIPG. Or, l’association trametinib/dasatinib a donné des résultats au-delà des espérances, comme l’explique dans un communiqué Chris Jones, professeur de biologie des tumeurs cérébrales pédiatriques à l’ICR. En effet, le traitement a réduit de plus de 60 % la croissance des cellules cancéreuses lors de tests pratiqués sur du tissu cérébral de souris.

« Le DIPG est un cancer du cerveau infantile rare et agressif et les taux de survie n’ont pas changé au cours des cinquante dernières années. Nous avons donc désespérément besoin de trouver de nouveaux traitements pour cette maladie. Notre étude démontre à quel point l’IA peut apporter à la découverte de médicaments pour des cancers comme le DIPG, en proposant de nouvelles combinaisons de traitements qui n’auraient pas été évidentes pour les gens », a déclaré Chris Jones.

Les chercheurs se concentrent désormais sur la prochaine étape, à savoir la validation du traitement en laboratoire. Or, l’espoir de débuter des essais cliniques assez rapidement est permis, puisque les deux médicaments constituant le traitement sont déjà approuvés et disponibles sur le marché.