Un traitement « bi-sensoriel » pour atténuer les acouphènes

médecin médecine
Crédits : iStock

Dans la mesure où plus de 5 % des humains sont concernés par les acouphènes, il est évidemment important de trouver un remède. Des scientifiques américains pensent avoir trouvé une piste avec un traitement « bi-sensoriel », dont les premiers résultats se sont montrés très encourageants.

Stimuler le noyau cochléaire dorsal

Selon la Fondation pour l’audition, les acouphènes sont des bruits dans les oreilles ou dans la tête, dont l’origine est interne à l’organisme. Ils ne proviennent donc pas d’une source sonore extérieure et résultent d’un dysfonctionnement du système nerveux auditif. Ainsi, les acouphènes sont un symptôme. Il ne s’agit certes pas d’une maladie spécifique, mais il existe un lien avec la perte auditive.

Depuis plusieurs années, la science s’active pour trouver un remède et réduire ce symptôme. En 2022, Elon Musk avait notamment déclaré pouvoir venir à bout des acouphènes en cinq ans grâce à la puce cérébrale de Neuralink. En attendant, d’autres recherches se poursuivent, notamment celles d’une équipe de l’Université du Michigan (États-Unis), dont les résultats ont été publiés sur la plateforme JAMA Network le 2 juin 2023. Ces travaux ont débouché sur la mise au point d’un traitement bi-sensoriel très prometteur.

Les chercheurs ont tout d’abord effectué des expérimentations sur des animaux. L’objectif ? Stimuler le noyau cochléaire dorsal, d’où proviennent les acouphènes, à l’aide de signaux sonores et tactiles. Cela génère une plasticité cérébrale capable de renforcer (ou réduire) les circuits en lien avec le symptôme en fonction de la synchronisation entre les stimuli.

acouphènes
Crédits : Aleksej Sarifulin / iStock

Des résultats très encourageants

Le traitement mis au point à partir des premiers tests a fait l’objet d’une expérimentation sur des volontaires humains, à savoir 59 hommes et 40 femmes souffrant d’acouphènes qui varient suivant les mouvements du cou, de la tête ou de la mâchoire. Les participants équipés d’une électrode au niveau du cou ou du visage ont utilisé un appareil de stimulation portable intégrant un logiciel personnalisé. Ce dernier transmettait simultanément de petites impulsions électriques imperceptibles ainsi que des impulsions audio courtes et faibles. Cela avait pour but de reproduire de manière précise les bruits de l’acouphène des patients et donc de réduire progressivement les circuits en lien avec les acouphènes dans le noyau cochléaire dorsal.

La moitié des participants a suivi le traitement bi-sensoriel durant six semaines, tandis que l’autre moitié suivait un traitement de contrôle sans impulsions électriques. Durant six semaines supplémentaires, les deux groupes n’ont reçu aucun traitement, avant de permuter pour un nouveau traitement durant six autres semaines. À chaque période de traitement, les membres du groupe concerné par les impulsions ont connu une amélioration de leur score à l’indice fonctionnel d’acouphènes (TFI). Ce sont donc des résultats très positifs qui ouvrent clairement la voie à des traitements bi-sensoriels sur mesure, et donc adaptés à chaque patient.