in

Le train supersonique sud-coréen atteint les 1000 km/h

Crédits : DR

Comme d’autres entreprises, le Korea Railroad Research Institute (KRRI) travaille sur un projet de train supersonique. Objectif : se déplacer en train à plus de 1 000 km/h. Et visiblement, tout se passe comme prévu.

Faire mille kilomètres en une heure ? L’Hyperloop en serait capable. Conceptualisée au début du XXe siècle, l’idée a été remise au goût du jour par Elon Musk en 2013. Il avait alors proposé les bases techniques de ce nouveau moyen de transport. Si le fondateur de Tesla et SpaceX développe depuis son propre système de transport par le biais de l’entreprise The Boring compagny, il a également placé le projet en open-source de manière à laisser la porte ouverte aux autres entreprises.

Depuis, les projets se multiplient. Des entreprises, telles que l’américaine Hyperloop Transportation Technologies (HyperloopTT ou HTT), la canadienne TransPod (qui établit également ses quartiers en France), où encore Virgin Hyperloop sont notamment dans la course. Cette dernière vient d’ailleurs de proposer le premier test habité de sa technologie de transport à très grande vitesse. Au cours de cet essai, deux passagers ont “voyagé” avec succès à 327 km/h sur environ 500 mètres. Le pod n’a donc pas atteint la vitesse maximale théorique de l’Hyperloop, mais Virgin espère le faire prochainement.

Ceci dit, elles ne sont pas les seules. Depuis 2017, le Korea Railroad Research Institute (KRRI) développe également son propre projet de train supersonique baptisé “Hyper-tube”, sorte de version sud-coréenne de l’Hyperloop. L’objectif annoncé il y a trois ans était de créer un système capable d’aller deux fois plus vite que les trains à lévitation magnétique (maglev), qui peuvent actuellement voyager à environ 500 km/h.

hyperloop train
Crédits : KRRI

Un premier test à 1 000 km/h

Les premiers résultats de ce projet ont été annoncés. Récemment, l’Institut aurait ainsi propulsé un modèle d’essai à 1019 km/h à un niveau de pression de 0,001 – ce qui s’apparente à la pression d’un vide. Notez que ce n’était ici qu’un modèle à l’échelle 1/17. Le KRRI prévoit un premier test fonctionnel en taille réelle d’ici 2022. Si tout se passe comme prévu, la Corée du Sud pourrait alors lancer son grand réseau Hyper-tube d’ici 2024, réduisant le temps de trajet entre Séoul et Busan de trois heures à environ 30 minutes.

«De nombreux pays comme les États-Unis, le Canada et la Chine sont en concurrence pour prendre la tête de cette technologie futuriste. Nous allons essayer de devancer ces principaux rivaux mondiaux», a déclaré un responsable du KRRI dans un communiqué, affichant clairement ses ambitions.

Qu’il s’agisse de ce projet ou d’un autre, a priori, nous allons encore devoir patienter quelques années avant de pouvoir profiter de cette nouvelle technologie passionnante.