in

Ces empreintes espagnoles témoignent d’une ancienne “crèche” d’éléphants

Crédits : Neto de Carvalho and al

Plusieurs empreintes imprimées dans le sol il y a environ 100 000 ans en Espagne suggèrent que le site abritait jadis une “crèche” d’éléphants à défense droite où s’ébattaient plusieurs dizaines de jeunes spécimens. Les détails de l’étude sont publiés dans Scientific Reports.

L’éléphant à défenses droites (Palaeoloxodon antiquus) est une espèce éteinte ayant évolué en Europe au Pléistocène moyen et supérieur, il y a entre 781 000 à 11 550 ans. Ces animaux pouvaient être très impressionnants, certains spécimens pouvant atteindre les quatre mètres de haut et huit mètres de long, et peser jusqu’à onze tonnes sur la balance.

Il y a quelques mois, une équipe de paléontologues a identifié plusieurs dizaines de traces appartenant à ces éléphants sur le site de Matalascañas à Huelva, en Espagne, largement fréquenté au cours de la dernière partie de l’époque du Pléistocène. Le site est généralement recouvert de sable de plage. Cependant, les ondes de tempête essuyées en 2020 ont découvert une vaste zone couverte de centaines d’empreintes.

Une ancienne “crèche” d’éléphants

La plupart des traces appartenaient à des jeunes (quinze bébés de moins de deux ans). Leur hauteur d’épaule estimée n’était que de soixante centimètres. En outre, ils ne pesaient pas bien lourd : soixante-dix kilogrammes.

Les chercheurs ont également identifié les traces de huit jeunes âgés de deux à sept ans, de six adolescents âgés de huit à quinze ans et de cinq adultes âgés de plus de quinze ans ou plus. La concentration dense de traces d’éléphants fournit “la preuve d’un instantané du comportement social, en particulier des soins parentaux“, ont rapporté les chercheurs.

En outre, seules deux pistes auraient été faites par des mâles adultes. Ainsi, pour les chercheurs, la zone était probablement un consacrée à la reproduction et à l’élevage des plus petits. À l’époque, le site proposait en effet plusieurs étangs saisonniers et une végétation nutritive permettant aux plus jeunes de grandir sans avoir besoin de voyager.

Ils donnaient naissance à proximité de petits lacs et étangs d’eau douce dans un paysage ouvert où les prédateurs du nouveau-né pouvaient également être contrôlés à distance“, souligne Carlos Neto de Carvalho, géologue et coordinateur scientifique du Naturtejo Global Geopark.

éléphants
Reconstitution de l’interaction mère-nouveau-né dans la surface piétinée de Matalascañas. Crédits : J. Galán

Cela ne veut pas forcément dire que ces éléphants étaient protégés de tous les prédateurs. En effet, des empreintes de pas de Neandertal et les outils en pierre associés ont également été trouvés sur le site. Selon l’étude, d’autres preuves suggèrent également que les éléphants et leurs proches parents, en particulier les jeunes individus, constituaient une partie importante du régime alimentaire de nos anciens cousins.