in

Des traces de l’une des plus anciennes occupations humaines découvertes en Iran

Crédits : iStock

C’est sur une île iranienne située dans le détroit d’Ormuz que des traces d’occupation et d’établissement humain ont été mises au jour, vieilles d’au moins 40 000 ans. La découverte a été réalisée par une équipe d’archéologues qui procédait à des fouilles sur le site depuis l’année 2005. Une occupation qui aurait été destinée exclusivement à la fabrication d’outils.

Formidable découverte que celle réalisée récemment par une équipe d’archéologues sur l’île iranienne de Qeshm, dans le détroit d’Ormuz. Parmi les trouvailles, des outils de pierre taillée dont l’examen a confirmé aux archéologues l’hypothèse selon laquelle ce site aurait accueilli il y a très longtemps, dans le Paléolithique moyen, un atelier de fabrication d’outils primitifs.

« Lors de fouilles à Bam-e Qeshm, à proximité immédiate des villages de Tabl et de Salkh, nous avons découvert des outils de pierre soigneusement taillés par l’homme. Les trouvailles sont réalisées à partir de différents types de roches. Ainsi, les outils de coupe sont en silex et en roches magmatiques. Les outils datent du Paléolithique moyen » a déclaré Seyed Morteza Rahmati, de l’Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l’artisanat et du tourisme, dans un entretien accordé à l’agence Mehr.

Un site particulièrement propice à l’établissement d’un tel atelier, puisque le site de Bam-e Qeshm est très abondant en cailloux et rochers. Fabriqués directement sur ce site, les outils auraient été destinés aux hommes préhistoriques afin qu’ils les utilisent ailleurs. « Le Paléolithique moyen a commencé il y a à peu près 200 000 ans et s’est terminé il y a 40 000 ans. Des trouvailles datant de cette époque ont été antérieurement révélées dans les monts Zagros et sur le plateau iranien » poursuit Seyed Morteza Rahmati.

Une découverte importante qui intervient de longues années après le début des fouilles sur cet imposant site de l’île iranienne de Qeshm, puisque ces dernières ont débuté il y a onze ans, en 2005. Depuis le coup d’envoi de ces fouilles, le site de Bam-e Qeshm a été inscrit sur la liste du patrimoine culturel du pays.

Source