in ,

Toute l’eau de la Terre ne viendrait pas des comètes, mais alors d’où ?

Crédits : pixabay

Beaucoup pensent que les comètes et les astéroïdes sont à l’origine des réservoirs d’eau disponibles sur Terre. Mais une récente étude suggère qu’une partie de cette eau viendrait d’ailleurs : plus précisément d’un nuage de gaz et de poussière tourbillonnant autour du Soleil.

L’hydrogène, c’est l’élément le plus abondant dans l’Univers, devant l’hélium. L’eau (H2O) est composée de deux atomes d’hydrogène (et d’un atome d’oxygène). Mais d’où vient cet hydrogène ? Si la plupart des chercheurs s’accordent sur le fait qu’une grande partie nous a été délivrée par les comètes et les astéroïdes, de nouvelles recherches suggèrent qu’une partie proviendrait de la nébuleuse solaire – les résidus de matières restants après la formation de notre étoile.

« Près d’une molécule d’eau sur 100 sur Terre provient de la nébuleuse solaire », peut-on lire dans le Journal of Geophysical Research : Planets. Mais on ne parle pas ici de l’eau des océans.

L’eau des astéroïdes

Lorsque notre étoile s’est formée, celle-ci a balayé quasiment toute la matière, ne laissant que des « restes » pour les planètes, astéroïdes et comètes. Une fois formé, le Soleil s’est mis à générer des vents qui ont soufflé ce qu’il restait d’hydrogène, déplaçant cette matière vers l’extérieur. La plupart de ces molécules se sont retrouvées piégées dans les astéroïdes qui, plus tard, sont venus s’écraser sur Terre pour façonner notre planète.

eau astéroïdes hydrogène soleil
Une grande partie de l’eau de mer viendrait des astéroïdes. Crédits : iStock

Une autre origine ?

Le rapport entre le deutérium, un isotope d’hydrogène plus lourd, et l’hydrogène normal dans l’eau de mer correspond au rapport trouvé dans l’eau des astéroïdes. C’est pourquoi l’on pense que l’eau des océans provient en grande partie de ces objets venus s’écraser sur Terre il y a plusieurs milliards d’années. En revanche, les molécules retrouvées près de la région où le manteau rencontre le noyau présentent une différence (moins de deutérium), ce qui suggère une origine différente que l’eau de mer.

Il y a environ 4,5 milliards d’années, la Terre était en train de se former autour du Soleil. De l’hydrogène contenu dans la poussière et les gaz restants de la nébuleuse solaire – plus légers, car contenant moins de deutérium – se seraient alors retrouvés piégés dans le magma en fusion de la Terre primitive puis aspirés vers son noyau (l’hydrogène est attiré par le fer), expliquent les chercheurs. Pendant ce temps en surface, les astéroïdes continuaient de s’abattre, contribuant à ramener de l’hydrogène chargé en deutérium non pas vers le noyau, mais dans le manteau terrestre.

Qu’en est-il des exoplanètes ?

Cette nouvelle théorie expliquerait donc pour pourquoi le rapport entre le le deutérium et l’hydrogène normal n’est pas le même dans le manteau et près du noyau : parce que l’hydrogène aurait une origine différente. L’étude a donc également un impact en matière d’exobiologie : toutes les exoplanètes semblables à la Terre n’ont pas toutes accès à des astéroïdes chargés en eau. En revanche, elles pourraient en obtenir via leur propre nébuleuse solaire.

Source

Articles liés : 

Sans les eaux peu profondes, la vie complexe ne pourrait pas évoluer

Seulement 13 % des océans sont épargnés par les humains

Cette infographie nous montre à quel point les lacs et océans peuvent être profonds