Tout savoir sur première mission de l’Inde autour du Soleil

soleil
Crédits : ESA

L’Inde, encore nouvelle sur la scène aérospatiale, s’est déjà illustrée en se plaçant en orbite autour de Mars il y a près de dix ans dans le cadre de sa mission Mangalyaan. Plus récemment, le pays a marqué les esprits en se posant pour la première fois sur la Lune au niveau du pôle sud. Désormais, l’agence spatiale indienne se prépare pour sa toute première mission d’étude du Soleil.

L’Inde à l’assaut de notre étoile

Cette nouvelle mission indienne est baptisée Aditya-L1. « Aditya » signifie « soleil » en sanskrit, tandis que « L1 » fait référence au point de Lagrange 1 autour duquel sera positionnée la sonde.

Pour rappel, le point L1 est l’un des cinq points particuliers dans le système Terre-Soleil où les forces gravitationnelles combinées du Soleil et de la Terre créent un équilibre entre la force centrifuge et la force gravitationnelle, permettant à un objet de rester relativement stationnaire par rapport à ces deux corps célestes.

Ici, le point L1 se trouve sur la ligne droite imaginaire reliant la Terre et le Soleil. Il est situé à environ 1,5 million de kilomètres de la Terre, du côté opposé au Soleil. Il s’oppose au point L2 autour duquel évolue notamment le James Webb Telescope.

La sonde est arrivée sur son site de lancement sur l’île de Sriharikota, sur la côte est de l’Inde, où elle doit être lancée le 2 septembre prochain à bord d’une fusée à quatre étages connue sous le nom de Polar Satellite Launch Vehicle.

Le lanceur placera d’abord l’observatoire sur une trajectoire circulaire stable autour de la Terre. Ensuite, cette orbite sera peu à peu étirée selon une trajectoire plus elliptique la dirigeant vers son emplacement de stationnement final à partir duquel la sonde obtiendra une vue ininterrompue du soleil. Son voyage doit durer environ quatre mois.

Inde soleil Aditya-L1
Le vaisseau spatial indien d’étude du soleil Aditya-L1, construit au centre satellite UR Rao. Crédits : VDOS/URSC/ISRO

Quels seront les objectifs de mission ?

Malgré les décennies d’études et d’observations du Soleil, plusieurs questions demeurent encore en suspens, notamment en ce qui concerne la couronne solaire. Nous savons en effet que celle-ci est beaucoup plus chaude (plus d’un million de degrés Celsius) que la surface du Soleil elle-même (environ 5 500 degrés Celsius). Pour l’heure, les chercheurs ignorent encore pourquoi.

De même, l’origine des éruptions solaires et les éjections de masse coronale (CME), qui sont des phénomènes explosifs qui libèrent d’énormes quantités d’énergie et de matière dans l’espace, est encore incertaine. Comprendre comment ces événements sont initiés et comment ils évoluent est pourtant essentiel si nous voulons prédire leur impact sur la Terre et les systèmes spatiaux.

Ainsi, les chercheurs espèrent que l’observatoire Aditya-L1, en préparation depuis quinze ans, fournira des indices permettant de répondre à ces interrogations.

Pour opérer, la sonde aura sept instruments. Quatre d’entre eux seront dédiés exclusivement à l’observation directe du Soleil : deux spectromètres à rayons X chargés d’étudier les propriétés des éruptions solaires, un coronographe qui permettra aux chercheurs de prendre des images continues du Soleil pour détecter les éruptions et un quatrième instrument se chargé de mesurer le rayonnement solaire.

Parmi les trois instruments restants, deux sont équipés pour étudier le vent solaire et ses composants, tandis que le troisième est un magnétomètre chargé de mesurer les champs magnétiques à la position du vaisseau spatial autour du point L1.