Tout le monde croit à au moins une théorie du complot

théorie complot
Crédits : Naumoid / iStock

Récemment, les chercheurs d’une étude ont affirmé que chaque individu accorde du crédit à au moins une théorie du complot. Ces travaux se basent sur une méta-analyse qui regroupe des dizaines d’études portant sur ce sujet depuis plusieurs années.

Le bilan de 170 études sur le sujet

En France, en 2018, la Fondation Jean Jaurès et l’observatoire Conspiracy Watch avaient ensemble mandaté l’Institut français d’opinion publique (IFOP). L’étude publiée par l’institut avait alors permis d’affirmer que 79 % des Français croient à au moins une théorie du complot. Et si croire à au moins une de ces théories était finalement le cas de tout le monde ou presque ? Le 26 juin 2023, des membres du département de psychologie de l’Université Emory (États-Unis) ont en effet publié une étude dans le Psychological Bulletin qui conclut que la plupart des gens dans le monde croient à au moins une théorie conspirationniste. Les auteurs soulignent le fait que leurs travaux constituent en réalité une méta-analyse regroupant 170 études sur les théories du complot.

Selon Shauna Bowes, la principale autrice de l’étude, la quantité de recherches portant sur les théories du complot ont explosé ces dernières années. Ainsi, les chercheurs ont décidé de compiler ces recherches afin d’en faire un bilan. Les auteurs précisent également que leur méta-analyse a été faite avant la pandémie de Covid-19. Or, elle avait à elle seule généré de nombreuses théories d’après eux.

théorie complot
Crédits : Arkadiusz Warguła / iStock

De plus amples recherches sont nécessaires

Dans un premier temps, les chercheurs ont déterminé la notion de théorie du complot afin d’en donner une définition complète. Ensuite, ils ont travaillé sur les caractéristiques des personnes qui y croient, notamment leur âge, leur genre, leur niveau d’éducation, leur environnement familial ou encore leurs motivations. L’objectif ? Établir des classifications de personnalité. Or, trois traits communs sont ressortis des profils étudiés, à savoir les besoins de se sentir en sécurité, de faire sens avec le monde qui les entoure et de véhiculer une image positive d’eux-mêmes. Le fait est que lorsqu’une de ces notions n’est pas comblée, les individus deviennent plus à même de croire aux théories du complot.

De l’aveu des chercheurs eux-mêmes, ces caractéristiques ne sont que des ébauches. En effet, il existe de très nombreuses variables qu’il est nécessaire de prendre en compte dans l’étude des théories du complot. Ainsi, les futures recherches sur le sujet devront intégrer le fait que la pensée conspirationniste est compliquée et qu’il est nécessaire d’en explorer toutes les variables. Cela pourrait alors permettre de cerner la psychologie globale derrière les idées conspirationnistes. Pour l’instant donc, il n’existe aucune réponse claire permettant d’expliquer pourquoi des personnes inventent ou croient à des théories du complot. Toutefois, des explications précises pourraient voir le jour dans un futur plus ou moins proche.