in

Une tortue vieille de 2 000 ans retrouvée écrasée à Pompéi

Crédits : Parc archéologique de Pompéi

Parmi les ruines de Pompéi, les archéologues ont découvert les restes d’une tortue écrasée sous une maison à cause d’un tremblement de terre. L’accident aurait eu lieu quelques années avant la tristement célèbre éruption du Vésuve.

Cette découverte récente a été mise au jour lors de la fouille des bains de Stabian de Pompéi (un complexe de piscines et de spas) menée par une équipe d’archéologues. La datation des couches sédimentaires suggère que la petite tortue est morte au moment de la reconstruction des bâtiments opérée après qu’un tremblement de terre ait frappé la ville romaine en l’an 62 de notre ère, suggérant que le reptile était entré à l’intérieur abandonné pour y chercher refuge.

En effet, toutes les maisons n’avaient pas été reconstruites à cette époque. Certains bâtiments du centre-ville étaient également peu fréquentés, à tel point qu’ils sont devenus l’habitat d’animaux sauvages, comme cette pauvre tortue. Ce n’est pas la première découverte de tortues à Pompéi. Cependant, ces reptiles ont généralement été trouvés dans des jardins ou des zones à l’intérieur de riches domus, comme la maison de Giulio Polybe.

Malheureusement, son plan n’a pas fonctionné. Le bâtiment dans lequel elle s’était réfugiée fut en effet reconstruit pour implanter de nouveaux thermes à l’intersection entre la via dell’Abbondanza et la via Stabiana. Les nouveaux bâtisseurs n’ont probablement pas remarqué la présence de la tortue qui s’est malheureusement fait écraser par une énorme pierre. Ses restes ont ensuite été recouverts sans être vus.

tortue
Les restes de la petite tortue fouillés minutieusement. Crédits : Parc archéologique de Pompéi
tortue
Crédits : Parc archéologique de Pompéi

Un oeuf sous la carapace

La coquille des femelles matures de cette espèce (Testudo hermanni) mesure généralement plus de vingt centimètres. Dans un communiqué, les archéologues notent toutefois que celle de cet individu ne mesurait que quatorze centimètres de diamètre.

Malgré sa petite taille, nous savons qu’elle portait un oeuf qui n’avait pas encore été pondu. Ces tortues pondent généralement un à six œufs dans une couvée. Cependant, si les conditions de nidification ne sont pas idéales, elles sont également capables de les retenir pour plus tard (on parle alors de dystocie). C’est probablement ce qui s’est produit ici.

Cette petite femelle n’aurait de toute façon pas tenu longtemps. Le fait de retenir ses œufs entraîne en effet souvent des problèmes mortels. Concrètement, ces tortues préfèrent mourir plutôt que de pondre là où l’environnement n’est pas idéal. Quelques années plus tard, l’éruption du Vésuve en l’an 79 de notre ère aurait été un défi supplémentaire.