in

Les restes d’un enfant vieux de 2000 ans (et d’un chiot) retrouvés près de Clermont-Ferrand

Crédits : Denis Gliksman / Inrap

Des fouilles archéologiques dirigées par l’Institut national français de recherche archéologique préventive (INRAP) ont récemment mis au jour la sépulture d’un enfant en bas âge inhumé il y a environ 2000 ans. Le défunt est accompagné d’un jeune chien portant un collier et de restes d’un banquet funéraire.

Depuis plusieurs semaines, une équipe d’archéologues de l’Inrap conduit des fouilles archéologiques à Aulnat (Puy-de-Dôme), près de Clermont-Ferrand, en amont de l’installation d’une base vie de chantier par le Syndicat Mixte de l’aéroport de Clermont-Ferrand/Auvergne. Il y a quelques jours, ces travaux ont révélé une étonnante sépulture en marge d’un ancien habitat gallo-romain.

À l’intérieur se trouvent les restes d’un enfant décédé vers l’âge d’un an, il y a environ 2000 ans. Autrement dit, il a probablement été enterré à un moment donné sous le règne de l’un des deux premiers empereurs romains : Auguste (de 27 av. J.-C. à 14 apr. J.-C.) ou Tibère (de 14 à 37 apr. J.-C.).

Une sépulture exceptionnelle

Cet enfant a été inhumé à l’intérieur d’un cercueil mesurant environ 80 cm, lui-même placé dans une fosse d’environ deux mètres de long pour un mètre de large. Autour de son cercueil, les archéologues ont isolé une vingtaine de récipients en terre cuite contenant jadis des denrées alimentaires et des boissons liées à un banquet funéraire. Les restes de boucherie (dont un demi-cochon et deux poules décapitées) ont également été retrouvés.

Toutefois, ce n’est pas tout. Des effets personnels accompagnaient également l’enfant, dont une fibule en alliage cuivreux (épingle ornementale) et un cercle de fer d’une trentaine de centimètres de diamètre accompagné d’une tige coudée. D’après les chercheurs, il pourrait s’agir d’un jouet (un cerceau et sa baguette).

Les restes d’un chiot ont également été déposés aux pieds du défunt, à côté de son cercueil. L’animal portait un collier orné d’une quinzaine d’appliques en bronze et était muni d’une petite clochette (découverte inédite). Les chercheurs ignorent encore si l’animal est mort de causes naturelles ou s’il a été sacrifié pour accompagner le tout-petit dans l’au-delà.

Enfin, les chercheurs ont retrouvé une dent de lait, probablement perdue par un enfant plus âgé. D’après l’Inra, elle pourrait appartenir au frère ou à la sœur de l’enfant.

enfant
Crédits : Denis Gliksman, Inrap

Quant à savoir qui était le défunt, difficile de le dire pour le moment. Les archéologues soulignent toutefois que le mobilier qui accompagne cet enfant est tout à fait exceptionnel, aussi bien du point de vue de sa quantité que de sa qualité. “Une telle profusion de vaisselle et d’éléments de boucherie, de même que les effets personnels qui ont suivi l’enfant dans sa tombe soulignent le rang privilégié auquel appartenait sa famille, peut-on lire sur le site de l’Inrap.