in

Des chercheurs pensent avoir résolu le mystère des dunes de Titan !

Crédits Nasa

Les chercheurs pourraient avoir résolu un mystère de longue date concernant les gigantesques dunes de sable de Titan, la plus grosse lune de Saturne. Les dunes pourraient être composées de particules de sable électrifiées.

Découvert par Cassini, Titan est le principal satellite de Saturne. Il mesure 5000 kilomètres. Par ses dimensions, il se situe ainsi entre Mercure et Mars. Lors d’un survol de la lune le 25 juillet dernier, à environ 980 kilomètres distance, la sonde pénétrait la dense atmosphère qui enrobe Titan pour en révéler de fins détails sur sa surface grâce à ses radars. Les images ont alors dépeint un paysage extraterrestre désolé et glacial, composé de centaines de gigantesques dunes de sable dans des zones montagneuses accidentées.

Les dunes de Titan culminent parfois jusqu’à cent mètres de haut, mais alors que les vents dominants soufflent sur Titan d’est en ouest, les dunes se sont quant à elles formées comme si elles avaient été soufflées dans le sens inverse. Les chercheurs pensent aujourd’hui savoir pourquoi : les dunes pourraient être composées de particules de sable électrifiées. La forme et l’orientation des dunes observées sur Titan ne seraient donc pas dues à l’activité du vent sur la surface, mais à la composition chimique du sable lui-même.

Contrairement au sable terrien qui est principalement composé de silice (dioxyde de silicium), les particules de sable sur Titan sont aujourd’hui pensées pour être des sortes de granules de glace, de l’eau à l’état solide revêtue d’hydrocarbures qui retombent de l’atmosphère. Rappelez-vous, les lacs et rivières de Titan sont remplis de méthane liquide, notamment à l’extrême nord du satellite.

Pour voir comment ces particules riches en hydrocarbures pourraient se comporter dans les conditions régnant sur Titan, des chercheurs de Georgia Tech, à Atlanta, qui publient une étude dans la revue Nature Geoscience, ont expérimenté les réactions de grains de naphtalène et de biphényle (deux composés supposés exister sur la lune). Ils les ont ensuite placés dans un cylindre sous pression conçu pour simuler l’atmosphère de Titan (98 % d’azote) en imitant notamment les frictions générées par les vents. Après vingt minutes, ils ont alors découvert des grains chargés électriquement.

Titan est donc un monde étrange, toxique et électrostatique, un monde où les vents dominants ne sont pas assez forts pour façonner les dunes. Ici sur Terre le naphtalène est un ingrédient actif dans la naphtaline connue pour causer le cancer. Sur Titan, ce composé serait probablement toujours aussi mauvais pour nous, mais il permettrait de réaliser quelques prouesses au moins en théorie. « Imaginez construire un beau château de sable au pied des dunes. Vous n’auriez alors pas besoin de liquide pour lier les grains ensemble et votre château resterait ainsi, intact pendant des semaines en raison de ses propriétés électrostatiques », plaisante dans un communiqué Josef Dufek, coauteur de l’étude.

Source