in

Un tissu « vivant » pour évacuer la sueur

Crédits : New Balance/MIT

Fini les tissus qui collent : des chercheurs ont mis au point un tissu « vivant », qui s’ouvre pour s’aérer quand la transpiration se fait trop sentir.

Le fabricant américain de vêtements de sport New Balance a développé avec des chercheurs du MIT un nouveau tissu intégrant une espèce de bactérie, Bacillus subtilis natto, un bacille capable de s’étirer et de se contracter en fonction de l’humidité ambiante. Les chercheurs du MIT ont alors vu en cette capacité le moyen de produire un tissu « actif », qui s’ouvrirait au contact de la chaleur et de l’humidité de la peau pour l’aérer.

Pour fabriquer ce tissu, les bactéries ont tout d’abord été cultivées en laboratoire puis déposées sur un support souple avec une « bio-imprimante », capable d’imprimer des cellules avec une résolution de l’ordre du micron. Les scientifiques ont pu alors tester leur tissu vivant sur les combinaisons de danseurs, généreux dans l’effort.

Judicieusement placés sur les zones où le corps s’échauffe le plus, notamment dans le haut du dos, des clapets qui, sous l’effet des contractions bactériennes, se sont alors ouverts au contact de la peau, quand, durant la performance, la chaleur et la transpiration se sont fait trop « sentir ».

Le tissu devient alors vivant. Seul problème, on ne sait toujours pas s’il est lavable en machine.

Source : S & A