in

Tigre de Tasmanie : un nouvel éclairage sur le comportement de ces créatures uniques et emblématiques

Crédits : Wikipédia / Tasmanian Tiger

Une équipe de chercheurs annonce avoir pu reconstituer l’architecture cérébrale et les réseaux neuronaux du Thylacine plus connu sous le nom de Tigre de Tasmanie. Cela donne ainsi un nouvel éclairage sur le comportement de ces créatures uniques et emblématiques aujourd’hui disparues.

Le thylacine, appelé également loup de Tasmanie ou encore tigre de Tasmanie, est un mammifère marsupial carnivore de la taille d’un loup et au pelage tigré considéré comme éteint depuis 1936 après 4 millions d’années d’évolution. L’animal a disparu principalement à cause de l’Homme, ce dernier grappillant peu à peu son habitat naturel et le chassant pour être soupçonné de s’attaquer au bétail. Dénigré pendant des années, le thylacine n’en reste pas moins fascinant et intrigant. Les chercheurs continuent d’ailleurs de l’étudier en utilisant le registre fossile qui aura permis de recréer le cerveau de l’animal grâce à des techniques d’imagerie. Comparé au Diable de Tasmanie qui partageait autrefois son territoire, le thylacine se révélait alors beaucoup plus complexe.

Grâce à une technique d’imagerie dite « en tenseur de diffusion » qui permet une cartographie in vivo de la microstructure et de l’organisation des tissus combinée à une IRM effectuée à partir d’échantillons de spécimens vieux d’une centaine d’années, les chercheurs Gregory Berns de l’Université Emory et le Dr Ken Ashwell de l’Université de New South Wale ont alors découvert que le cerveau plus large du Thylacine avait un cortex plus développé pour la planification et la prise de décision comparé à celui de son plus proche parent le Diable de Tasmanie :

« Le comportement du Tigre de Tasmanie n’a jamais été vraiment documenté, mais notre étude prouve que le thylacine occupait une niche écologique prédatrice beaucoup plus complexe que celle du Diable de Tasmanie. Notre étude confirme donc ce que nous savions jusqu’alors sur ces deux animaux : les diables de Tasmanie sont des charognards opportunistes qui se nourrissent de ce qu’ils trouvent et les tigres de Tasmanie étaient des prédateurs qui planifiaient des attaques », explique Gregory Berns.

Thylacinus cynocephalus (Australian Screen / National Film and Sound Archive) from Sci-News.com on Vimeo.

 

L’étude souligne également le fait que le cerveau de thylacine est très différent du cerveau canin, en dépit de la ressemblance physique de leur corps. Le Tigre de Tasmanie semblait être un mélange de plusieurs animaux. C’est d’ailleurs l’un des rares marsupiaux qui possédaient des poches pour les deux sexes. Sa taille et sa forme ressemblaient à celles du chien, mais il arborait des rayures similaires à celle du tigre et disposait d’une poche abdominale à l’instar des kangourous.

Source