in

Tests de communications réussis pour un télescope spatial Webb 100 fois plus puissant que Hubble

Crédits : Nasa

Le James Webb Telescope prendra bientôt le relai de Hubble (en pré-retraite) avec pour objectif principal de remonter le temps jusqu’à la naissance des premières galaxies. Il passait il y a quelques jours ses premiers tests de communication réussis avec son centre de contrôle. Le lancement est prévu pour 2018.

La NASA a appelé et le télescope Webb a répondu. C’est un peu l’idée, car une fois en orbite autour de la Terre, à quoi bon embarquer les meilleurs instruments jamais pensés par l’Homme si vous êtes bien incapable de communiquer les données récoltées. Pour l’heure, tout se passe bien. Le télescope spatial James Webb de la NASA a en effet récemment complété son test de segment de terrain numéro 1 (GSEG-1) pour la première fois, confirmant une communication réussie entre le télescope et son centre d’opérations de mission.

Les chercheurs ont ici testé tous les systèmes de communication nécessaires pour supporter le lancement, la mise en service et les opérations quotidiennes du télescope une fois celui-ci en orbite. Ce fut donc une communication réussie de bout en bout entre l’instrument actuellement rangé au Northrop Grumman Aerospace Systems à Redondo Beach, en Californie, et le centre opérationnel de mission du télescope au Space Telescope Science Institute à Baltimore. Au cours de ces tests, les chercheurs ont envoyé les mêmes procédures de commande qui seront envoyées au télescope lors de son voyage en orbite autour de la Terre.

« C’est une étape importante non seulement pour le télescope, mais aussi pour toute l’équipe qui travaille dessus depuis des années« , se réjouit Scott Willoughby, vice-président et chef de programme de Northrop Grumman pour le télescope Webb. « Ce test nous rapproche un peu plus de la préparation du télescope Webb pour le lancement« . Un dernier test de communication aura lieu directement sur le site de lancement du télescope à Kourou, en Guyane, environ un mois avant le lancement prévu pour la fin de l’année 2018. Il s’agira alors de tester la toute première connexion du centre de contrôle avec le télescope qui aura normalement lieu trois minutes et demi après le lancement.

Après son lancement, le télescope spatial James Webb sera l’observatoire spatial le plus avancé au monde. Cette merveille d’ingénierie est conçue pour démêler certains des plus grands mystères de l’univers, observer les premières étoiles et galaxies formées 300 millions d’années seulement après le Big Bang qui donna naissance à notre univers il y a 13,8 milliards d’années ou encore pour étudier l’atmosphère des planètes autour d’autres étoiles. Pesant 6,4 tonnes pour un coût estimé de 8,8 milliards de dollars, le Webb sera lancé par une fusée Ariane V de l’Agence spatiale européenne (ESA) qui contribue à son développement, tout comme l’Agence spatiale canadienne.

Source